Parents & enfants / Boire & manger / Santé

Manger en accouchant, c’est possible et pas plus risqué

Temps de lecture : 2 min

Se priver d’un repas léger pendant le travail pourrait même faire durer l’accouchement.

Une info qui vaut son pesant de cacahuètes pour les femmes enceintes | futurestreet via Flickr CC License by

Certains accouchements durent parfois très longtemps. Mais vraiment très très longtemps: en moyenne douze heures pour une femme qui n’a jamais eu d’enfants avant, voire quarante heures pour les accouchements les plus longs. Le record revient à une Canadienne, restée neuf jours en salle de travail pour la naissance de quadruplés. Les accouchements dureraient d’ailleurs beaucoup plus longtemps aujourd’hui qu’il y a cinquante ans, selon une étude de la sécurité sociale britannique. Pendant ce temps-là, le corps dépense une énergie folle, à peu près autant que si vous couriez un marathon.

Mais peut-on manger alors qu’à l’intérieur le corps est déjà fortement en mouvement? Jusque-là, les praticiens avaient plutôt tendance à déconseiller de boire ou de manger pendant ce moment crucial de la vie, mais une nouvelle étude repérée par Slate.com démontre qu’il est possible de le faire sans accroître les risques.

Des chercheurs canadiens ont analysé, dans ce qu’on appelle une «méta-étude», les données de 385 recherches antérieures, effectuées sur les vingt-cinq dernières années. Ils n’ont trouvé qu’un seul cas entre 2005 et 2013 où une femme se serait étouffée en mangeant pendant l’accouchement, ce qui constituait jusque-là la crainte principale. Se priver d’un repas léger si l’on est affamé et que l’on manque d’énergie pourrait même faire durer l’accouchement plus longtemps que prévu, estiment même les chercheurs. À vos barres de céréales, prêt, feu...

Slate.fr

Newsletters

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Heather Bankos est la 70ème femme dans le monde à faire don de son utérus.

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

La formation et le recrutement du personnel enseignant s'apprêtent à subir une nouvelle réforme.

Newsletters