Partager cet article

Les gens dont vous espionnez le compte sur Facebook ne peuvent-ils vraiment pas le savoir?

Dessin représentant Mark Zuckerberg, dans les locaux de Facebook, à Menlo Park,  en Californie. REUTERS/Robert Galbraith

Dessin représentant Mark Zuckerberg, dans les locaux de Facebook, à Menlo Park, en Californie. REUTERS/Robert Galbraith

A force de voir sur Internet des gens s'inquiéter, une journaliste de Vice, Meghan Neal, a voulu enquêter: les gens que l'on espionne sur Facebook, les vieux copains de lycée auxquels on n'a pas parlé depuis 10 ans mais dont on regarde les photos le soir pour se demander s'ils sont devenus beaux/heureux/riches/épanouis n'ont-ils vraiment aucun moyen de le savoir? 

Et liée à cette question, cette autre: pourquoi certains noms apparaissent-ils à certains endroits sur Facebook? Comment est constituée la boîte de 9 noms (neuf «amis») qui apparaît en haut de votre profil par exemple? Puisque ce ne sont manifestement pas toujours les dernières personnes avec lesquelles vous avez échangé: 

Comment sont ordonnés les noms dans le chat, quand ils apparaissent sans que vous n'ayez rien sélectionné?

Facebook a expliqué à Vice que la boîte de 9 noms constitue «un groupe d'amis pertinents, dont le but est d'être une incitation utile pour l'utilisateur». La journaliste traduit «ce sont des gens avec lesquels l'algorithme vous encourage subtilement à interagir». Il y a encore cinq ans, le site examinait trois facteurs pour comprendre les interactions de ses utilisateurs: la quantité de ces interactions, leur nature, et leur date. 

Aujourd'hui, l'algorithme, qui évolue en permanence utilise le machine learning (il apprend des données qu'il récolte) et «prend en compte des milliers de facteurs pour déterminer les interactions sociales entre les gens.»

La journaliste de Vice s'est créé un profil fictif, a ajouté des amis, et en a espionné certains plus que d'autres. Elle a ensuite essayé d'évaluer («lors d'expériences très peu scientifiques») comment l'espionnage de tel ou tel se répercutait dans la présentation de sa page. Y compris dans la présentation de sa page vue par ses «amis». 

«Je me suis rendu compte que les gens que j'étais encline à espionner se retrouvaient toujours dans certains endroits—pas dans la case des neuf amis, mais dans les suggestions faites par Facebook quant à qui je devrais inclure dans ma liste "d'amis proches"» ou dans la barre de recherche en haut de la page.

En réalité n'importe qui se rendant sur votre profil pourrait en tirer des informations. Facebook laisse très peu de choses au hasard et les noms présents dans les différents emplacements correspondent pour la plupart à des interactions qu'ils, ou que vous avez déclenchées. La bonne nouvelle c'est que ces informations sont si compliquées à décrypter, l'algorithme est si complexe, que personne ne saurait distinguer si tels amis apparaissent à tel endroit parce que vous les avez espionnés, tagués, que vous leur avez parlé, qu'ils vous ont espionné, ou que vous avez posté des choses similaires sur vos profils et que Facebook aimerait que vous interagissiez alors que vous ne l'avez pas encore fait. Car c'est de toute façon le but ultime: maximiser les interactions. Pour maximiser les données, et l'argent qui en découle. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte