Partager cet article

Helmut Schmidt est mort, les Reyno White sont en deuil

Helmut Schmidt à Berlin, le 9 septembre 2011 | REUTERS/Thomas Peter

Helmut Schmidt à Berlin, le 9 septembre 2011 | REUTERS/Thomas Peter

La marque de cigarettes était étroitement associée à l’image de l’ancien dirigeant social-démocrate.

Chancelier de la RFA de 1974 à 1982, Helmut Schmidt est mort, mardi 10 novembre, à l’âge de 96 ans. La nécrologie que lui consacre Challenges est accompagnée d’une photo où on le voit tirer sur une cigarette, dont le texte précise la marque:

«L’ex-chancelier de 95 ans à l’époque avait, comme toujours, copieusement fumé –des Reyno menthe.»

La marque était si étroitement associée à l’image de l’ancien dirigeant social-démocrate que quelques blagues ont d’ailleurs fleuri sur Twitter à l’annonce de son décès:

 

«Le cours de l’action Reyno White (a.k.a. “la marque Helmut Schmidt”) aujourd’hui»

Et que, en mars dernier, le magazine satirique Der Postillon avait écrit un article parodique consacré au sujet:

«Pour la première fois, l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt a publiquement admis avoir trompé ses bien-aimées cigarettes Reyno White menthol. “J’ai entretenu une relation éphémère avec des cigarettes sans filtre de marque Gauloises”, écrit l’ex-dirigeant, âgé de 96 ans, dans son nouveau livre. On ne sait toujours pas avec certitude s’il les a crapotées ou vraiment fumées.»

Amour brûlant

En réponse au vote par l’Union européenne, à l’été 2013, d’une directive planifiant à terme l’interdiction des cigarettes au menthol en Europe, Helmut Schmidt en avait acheté 200 cartouches environ, selon le Hamburger Morgenpost. Soit 38.000 cigarettes, ce qui, d’après les calcul du quotidien à l’époque, lui assurait de pouvoir fumer un paquet de menthol par jour jusqu’à son 100e anniversaire.

L’Altkanzler –«vieux chancelier», comme les Allemands appellent avec tendresse leurs anciens dirigeants– continuait toujours de s’en griller une lors de ses apparitions publiques, comme l’écrivait le même Hamburger Morgenpost:

«Helmut Schmidt et les cigarettes, un amour brûlant depuis des décennies. Aux conférences de presse, dans les réceptions, pendant les discours: là où Helmut Schmidt se tient, la fumée s’élève.»

Si les Allemands observaient plutôt avec bienveillance le tabagisme frondeur de leur Altkanzler, cela lui avait tout de même valu quelques tensions:

«En 2008, il a fumé lors d’une réception au Winterhuder Fährhaus [un théâtre à Hambourg, ndlr], quelques jours seulement après que l’interdiction de fumer [dans les restaurants, les cafés et les bars, ndlr] est entrée en vigueur à Hambourg. Un activiste non fumeur avait alors porté plainte contre lui. Helmut Schmidt est resté cool –et est venu l’année suivante simplement avec sa boîte de tabac à priser.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte