Égalités

Pourquoi une jeune Irlandaise a live-tweeté ses règles au Premier ministre

Temps de lecture : 2 min

L'activiste Grainne Maguire proteste notamment contre le huitième amendement qui interdit l'avortement en Irlande.

Détail du chandelier «La Mariée» de l'artiste portugais Joana Vasconcelos, exposé à Venise en 2005. REUTERS/Chris Helgren
Détail du chandelier «La Mariée» de l'artiste portugais Joana Vasconcelos, exposé à Venise en 2005. REUTERS/Chris Helgren

Si vous suivez l’actualité des femmes dans le monde, cette nouvelle ne vous a peut-être pas échappé: début novembre, des irlandaises ont live-tweeté leurs règles en mentionnant le Premier ministre dans leurs messages. Dimanche 8 novembre, la jeune femme qui a initié ce mouvement s’est exprimée dans le quotidien britannique le Guardian pour expliquer sa démarche, et raconter comment l’idée lui est venue.

Mais revenons d’abord à ce qui s’est passé, et au contexte. En Irlande, le huitième amendement de la Constitution met sur le même plan la vie d’un foetus et la vie de la femme qui le porte. L’avortement y est puni de quatorze ans de prison, et les femmes sont donc obligées de fuir à l’étranger pour avorter, ou de porter un enfant qu’elles estiment ne pas pouvoir élever.

«Alors donnons-leur tous les détails»

Révoltée par cette situation et la manière dont on fait comprendre aux femmes qu'elles doivent avoir honte de leur corps, Grainne Maguire, une jeune activiste, commence à live-tweeter ses règles avec le hashtag #repealthe8th, pour «Abrogez le huitième amendement». Une manière originale d'attirer l’attention alors qu'en général «personne n’écoute une femme en colère». Elle veut prendre au mot les autorités locales qui estiment que le corps des femmes relève de leurs affaires. «S’ils veulent controler mon corps, s’ils se sentent OK pour aller voir ce qu’il s’y passe, alors donnons-leur tous les détails. Et donc j’ai décidé de live-tweeter mes règles», raconte-t-elle dans cette tribune. Les tweets étaient parfois très drôles:


Hey @endakennyTD, c'est le moment des règles mais je n'ai pas la moindre idée de ce que je vais utiliser. Pourriez-vous demander aux députés?

Témoignages poignants

Alors que Grainne Maguire s’appretait à abandonner sur les conseils de ses amies qui trouvaient que l’initiative devenait bizarre, des dizaines de femmes se sont mises à l’imiter. Certaines se mettaient simplement à décrire leurs règles, d’autres apportaient des témoignages poignants:


Hey @EndaKennyTD juste pour que tu sois au courant, c’est le troisième jour de mes règles. Elles sont toujours abondantes et j’ai une mooncup là pile en ce moment.


@EndaKennyTD Premier jour des règles depuis que j’ai accouché d’un enfant mort né. Je l’ai portée pendant 6 mois après le diagnostique (selon lequel elle était morte, ndlr), à en perdre la raison à force de chagrin. #repealthe8th


Slate.fr

Newsletters

Le gouvernement hongrois veut interdire les études de genre à la fac

Le gouvernement hongrois veut interdire les études de genre à la fac

Ce domaine de recherches va à l'encontre de l'idéologie chrétienne traditionnelle défendue par le gouvernement de Viktor Orban.

Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, l’anti-avortement pro-contraception

Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, l’anti-avortement pro-contraception

«Ce qu’elle apporte, c’est une protestation très vive contre les situations catastrophiques que vivaient les femmes à ce moment-là.»

Ces femmes impressionnistes oubliées de l'histoire

Ces femmes impressionnistes oubliées de l'histoire

Et pourtant, elles étaient parmi les plus douées

Newsletters