Partager cet article

La Nasa aurait repéré des volcans de glace sur Pluton

Une image de Wright Mons, l'un des deux volcans glacés présumés, repéré sur la planète Pluton | Johns Hopkins via Nasa

Une image de Wright Mons, l'un des deux volcans glacés présumés, repéré sur la planète Pluton | Johns Hopkins via Nasa

Il faut maintenant attendre de mieux connaître la composition des matériaux observés pour en savoir plus.

L'analyse des images capturées en juillet dernier par la sonde New Horizons viennent de livrer de nouvelles suprises. Les scientifiques qui travaillent sur cette mission de la Nasa, lancée il y a neuf ans et chargée de survoler Pluton, pensent avoir repéré des volcans de glace (aussi appelés cryovolcans) à la surface de la planète naine. 

«Ce sont de grandes montagnes avec un gros trou à leur sommet. Sur Terre, cela ne désigne généralement qu'une seule chose: un volcan», explique Oliver White, un membre de l'équipe scientifique de la mission New Horizons.

L'échelle des deux volcans sur Pluton.

Les deux volcans de glace présumés ont été provisoirement nommés Wright Mons et Piccard Mons. Le premier s'élève à 3.219 mètres, le second à 5.633 mètres, soit un peu moins que l'Everest (8.848 mètres), l'une des plus hautes montages sur Terre.

À leur sommet, les scientifiques ont repéré deux grands trous qui pourraient ressembler à des cratères volcaniques. Contrairement aux volcans terrestres, ces deux-là ne rejèteraient pas de la lave ou des cendres, mais un concentré probablement constitué de glace, d'azote, d'ammoniac ou de méthane. 

Selon les scientifiques, la proximité entre ces deux montagnes pourrait être synonyme d'une présence encore plus élevée de volcans de glace au-delà de la zone survolée et photographiée par la sonde New Horizons. 

Prudence

Mais, pour l'heure, les scientifiques préfèrent rester prudents. Pour confirmer qu'il s'agit bel et bien de volcans de glace, il faudra attendre de mieux connaître la composition des matériaux observés. Peut-être que ces nouvelles analyses permettront de comprendre davantage l'histoire géologique de cette planète qui réserve encore de nombreux mystères pour la science.

Toutes les données enregistrées par la sonde New Horizons lors de son survol de la planète naine, en juillet dernier, n'ont pas encore été étudiées. Seulement 20% des données ont été transmises aux équipes de la mission sur Terre, explique la BBC

Si cette transmission de données prend autant de temps, c'est à cause de la distance importante qui sépare la sonde des équipes au sol. Mais également parce les réseaux de communication de la Nasa installés dans l'espace doivent être partagés entre les différentes missions de l'agence spatiale qui doivent également transférer leurs données sur Terre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte