Partager cet article

Y a pas que le sexe dans la bi

«The Victory of Faith» de George Hare  | via Wikimedia Commons License by

«The Victory of Faith» de George Hare | via Wikimedia Commons License by

La bisexualité, c’est aussi une question d’amour.

Nous republions cet article à l'occasion de la journée internationale de la bisexualité.

Une nouvelle étude révèle que la plupart des femmes –même celles qui s’identifient comme étant hétérosexuelles– sont excitées lorsqu’on leur montre des images d’autres femmes nues. Des facteurs tels que la dilatation des pupilles ont été mesurés pendant que 345 femmes regardaient des vidéos d’hommes et de femmes dévêtus. 82% des participantes –dont 74% de celles qui se présentaient comme des hétérosexuelles– ont montré des signes d’excitation devant les deux sexes. Si cette étude et ses résultats sont fascinants, la manière dont ils sont interprétés est un tantinet imprécise.

«Les femmes sont soit bisexuelles, soit gay, mais jamais hétéros», claironne un titre du Telegraph. «La plupart des femmes sont bisexuelles ou gay mais jamais hétéros, suggère une étude», assène un autre. Ces titres semblent être inspirés d’une déclaration de l’auteur de l’étude, Gerulf Rieger, du département de psychologie de l’université d'Essex.

Simplification excessive

Voici ce que l’on peut lire dans le Telegraph:

«Le Dr Rieger affirme: “Même si la majorité des femmes s’identifient comme étant hétérosexuelles, notre recherche démontre clairement qu’en ce qui concerne ce qui les excite, elles sont soit bisexuelles, soit homosexuelles, mais jamais hétérosexuelles.»

En gros, les femmes hétéros peuvent être excitées par des images d’autres femmes. En termes scientifiques, elles sont en effet cataloguées comme bisexuelles –dans la mesure où elles sont attirées par les deux sexes. Mais lorsque nous utilisons le mot bisexuel, en général nous faisons référence à une identification à la fois sexuelle et amoureuse. En d’autres termes, lorsque nous pensons bisexualité, nous imaginons souvent des hommes et des femmes qui ne sont pas seulement excités par les deux sexes –mais qui pourraient avoir une relation amoureuse avec les deux sexes. Alors oui, ces femmes peuvent être qualifiées de bisexuelles, mais c’est une simplification excessive de la situation.

Une orientation amoureuse?

Lorsque nous choisissons la façon dont nous voulons nous identifier, nous ne faisons pas uniquement référence à notre sexualité mais également à notre orientation amoureuse. Lorsque nous n’arrivons pas à faire le distinguo entre les deux, les étiquettes que nous choisissons d’appliquer peuvent être à côté de la plaque et semer le trouble –exactement ce qui s’est passé avec cette étude et la discussion qu’elle a engendrée. En réalité, l’étude et ses captivants résultats montrent à quel point les étiquettes que nous collons sur l’orientation amoureuse et sexuelle sont imprécises –voire obsolètes.

Certaines personnes sont déjà parfaitement au fait de cette distinction et optent à la place pour des étiquettes qui correspondent par exemple à deux axes –amoureux et sexuel, et se décrivent comme «bisexuelles» et «biromantiques.» Mais s’il serait certes souhaitable que chacun soit conscient de la différence entre les deux, il semble à la fois laborieux et inutile d’exiger que nous adoptions tous des catégorisations aussi définitives alors que nous pourrions tout aussi facilement nous occuper de nos affaires et prendre au mot notre prochain lorsqu’il nous dit qui il est et ce qu’il attend de la vie, de l’amour et du sexe.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte