Partager cet article

Comment un homme est mort en louant un logement Airbnb

Sommet Ouishare 2012 | Ouishare via Flickr CC License by

Sommet Ouishare 2012 | Ouishare via Flickr CC License by

C'était au Texas, il y a quelques mois

L’économie collaborative, c’est pas cher et c’est sympa, entend-on souvent autour de nous. Sauf que le bas-coût a ses inconvénients. Entre autres, le manque de sécurité de certains logements inscrits sur le réseau d’hébergement tarifé par des particuliers Airbnb entraîne parfois la mort des clients, raconte Zak Stone dans Medium.

Le journaliste connaît le problème de près, et pour cause: son père est mort lors d’un séjour de ce type au Texas. Le père de famille s’était arrêté du côté de la balançoire de la propriété après avoir fait le tour du jardin. Malheureuse idée, puisque l’arbre auquel était fixé la nacelle s’est fendu en deux, s’écrasant sur son crâne.

Manquements

La faute à pas de chance? Oui, sans doute, mais pas seulement car l’article pointe les manquements du site Airbnb. Celui-ci ne propose pas de réelle garanties de la sécurité dans les habitations enregistrées. À peine trouve-t-on, rappelle Zak Stone, quelques consignes sur le site. Il remarque ironiquement qu’il est arrivé qu’Airbnb envoie des photographes pour certifier l’état des logements mais laisse la sécurité entièrement du ressort des hôtes.

Ses parents, d’abord rétifs au concept d’Airbnb, s’étaient laissés tenter quelques semaines auparavant. Le journaliste concède qu’à l’époque il était un fervent supporter de l’économie collaborative et se méfiait de ses détracteurs.

Il y a un an, Newsweek se faisait l’écho du lancement d’une assurance pour les hôtes, les couvrant contre les accidents et blessures pouvant affecter leurs «invités» durant leur séjour à leur domicile. Puis le site embrayait sur une autre réalité d’Airbnb, en racontant l’histoire de deux clients qui avaient appris la mort de la personne qui leur sous-louait l’appartement alors qu’ils étaient chez elle. Quand on passe ses vacances dans les Hilton ou les palaces Trump, on n’a pas ces problèmes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte