Monde

Pénurie de lits et de couvertures à Ikea à cause de l’afflux de réfugiés

Temps de lecture : 2 min

Un couple sur des meubles Ikea, Russie, 2014. Sergei Karpukhin/Reuters
Un couple sur des meubles Ikea, Russie, 2014. Sergei Karpukhin/Reuters

La crise des réfugiés a un effet sans précédent sur le fabricant de meubles suédois Ikea. Il y aurait une pénurie de lits superposés, de matelas et de couvertures dans certains magasins en Allemagne et en Suède, selon une porte-parole du groupe citée par Bloomberg et l’AFP.

L’entreprise a promis d'accélérer les commandes auprès de ses fournisseurs pour éviter toute rupture de stock. La Suède a déclaré récemment qu’elle ne pourrait bientôt plus faire face à l’afflux de réfugiés, et l’Allemagne a limité vendredi 6 novembre le rapprochement familial.

«Ikea ne peut pas suivre la demande»

Le gouvernement de Bavière avait décidé en septembre d'acheter l'intégralité du stock de lits de l'entreprise pour accueillir les arrivants, selon le Daily Mail.«Ikea ne peut pas suivre la demande», expliquait alors Christophe Hillenbrand, administrateur en chef de la Haute-Bavière.

Les autorités étaient tellement débordées qu’elles ont dû loger des personnes dans l’ancien camp de concentration de Dachau, provoquant une polémique. «Héberger les réfugiés dans un endroit qui symbolise la torture et la mort» n'est pas un geste très «accueillant», avait fait valoir Gabriele Hammermann, la directrice du mémorial du camp de concentration de Dachau.

Ikea s'est engagé depuis plusieurs années en faveur des réfugiés. La firme a déjà mis son savoir-faire en produit en kit au service de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), avec des maisons qui peuvent se monter et démonter en seulement quatre heures.

Slate.fr

Newsletters

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Sans la peine de mort, Jésus n'aurait pas pu mourir pour racheter nos péchés.

Newsletters