Partager cet article

Il n’y a aucune raison statistique de s’inquiéter pour un premier rendez-vous amoureux

Love for Math | Richie Diesterheft via Flickr CC License by

Love for Math | Richie Diesterheft via Flickr CC License by

On ne retient jamais longtemps quelqu’un en se travestissant. A l’inverse, apparaître telle que vous même augmente les chances de tomber sur quelqu’un qui vous aimera pour la personne que vous êtes.

Pour vérifier la validité d’une hypothèse statistique, il existe plusieurs solutions. Vous pouvez utiliser la méthode de Student, le test de Wilcoxon-Mann-Whitney ou les techniques de bootstrap. Mais si votre hypothèse est bonne et que le résultat est suffisamment parlant et significatif, peu importe, au final, la méthode: toutes ces solutions devraient arriver à dégager un résultat. Il en va de même pour les rencontres amoureuses, explique la statisticienne Emma Pierson sur le site Quartz, dans une métaphore qui devrait en rassurer plus d’un. Et nous inciter à être plus naturels lors du premier rendez-vous.

Les petites différences que pourraient montrer ces trois systèmes sont au final, négligeables. Comme sont négligeables et ont peu d’influences sur le cours des choses les petits détails qui vous stressent juste avant un premier rendez-vous. Suis-je bien maquillée? Ma chemise plaira-t-elle? Que vais-je lui dire? L’endroit que j’ai choisi pour dîner lui plaira-t-il? Comme l'explique la scientifique:

«Lorsque l’on est attiré par quelqu’un, nous avons tendance à accorder beaucoup d’importance à chaque parole que nous lui disons, à passer un temps fou pour se donner une belle apparence, et ainsi de suite. Mais si votre attraction mutiuelle est vraiment statistiquement significative, elle devrait apparaître quelles que soient les circonstances de cette première soirée. Car si la chemise que vous portez peut vraiment faire une différence, alors vous ne devriez sans doute pas vous engager ensemble.»

Jouer franc jeu

Il ne s’agit pas non plus de vous enlaidir, car la personne en face pourrait interpréter cela comme une forme d’indifférence, et il ne faut pas nier qu'il y ait une forme de risque à ce petit jeu-là. 

Mais malgré tout, estime Emma Pierson, poussons l’hypothèse jusqu’au bout. Si cette personne vous trouve toujours attirant(e) si jamais vous vous enlaidissez un peu, ou imaginons le pire, que vous vomissez sur quelqu’un,  il y a beaucoup plus de chances pour qu’elle ne s’enfuit pas le jour où vous serez enceinte ou atteint d’un cancer. Mieux vaut donc être vous-même,, si vous ne voulez pas perdre du temps plus tard, le jour où le pot-aux-roses sera découvert.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte