Smart Cités / Monde

Après le coworking, voici le coliving, ou les dortoirs d'adultes pour la génération Y

Temps de lecture : 2 min

Des studios, dans un grand appartement avec des pièces communes.

Plan des appartements de Commonspace |Commonspace

Vivre seul dans un studio peut être triste, mais avoir des colocataires n'est pas toujours facile non plus. Aux Etats-Unis, plusieurs entreprises proposent désormais une solution mixte: la possibilité d'avoir un petit espace de vie complètement privé, mais dans un grand appartement avec des pièces communes - cuisines, salons, salles de gym - où il est possible d'interagir avec d'autres résidents.

Comme le coworking, qui permet d'échapper à la dichotomie entre travailler chez soi en pyjama sans parler à personne et avoir des horaires de bureau rigide avec des collègues pénibles, le coliving se veut une alternative moderne pour le jeune de l'ère d'internet.

Un article du magazine The Atlantic évoque notamment le nouveau projet Commonspace à Syracuse dans l'Etat de New York. Il s'agit de vingt-et-un studios indépendants de 27 mètres carré (chacun avec kitchenette et salle de bains) dans un loft avec plusieurs pièces communes dont une cuisine, un salon et un jardin sur le toit. Le site internet décrit le projet comme un «réseau social».

Des évènements prévus

Les résidents sont recrutés en ligne et pourront communiquer entre eux via Facebook ou Slack. Des dîners, sorties et activités communes seront organisées. Les créateurs du projet ont même embauché un «ingénieur social» qui facilitera les événements collectifs et aidera à maintenir une certaine harmonie entre résidents.

Dans le cas de Syracuse, une ancienne ville industrielle qui est lentement en train de se revitaliser, un des buts de ce type de logement est d'attirer des jeunes dans le centre ville. Le fondateur du projet, Troy Evans, explique à The Atlantic que si le modèle marche, il pense le transposer dans d'autres villes post-industrielles similaires, comme Cleveland dans l'Ohio.

Un abonnement luxe avec yoga et massages

Cette formule existe déjà à New York, particulièrment à Brooklyn, mais sans surprise, les prix sont beaucoup plus chers qu'à Syracuse. Pour une chambre sans cuisine ou salle de bains, mais avec accès aux pièces communes, les prix commencent à 1800 dollars (soit 1600 euros, contre 650 euros à Syracuse), et il y a la possibilité de louer au mois seulement. La startup Common qui propose ce type d'arrangement promet «un mode de vie moderne et urbain qui valorise l'ouverture, la collaboration et le développement de relations humaines.» A ce sujet, le New York Times parlait de «commune pour milléniaux».

Dans le quartier de Williamsburg, la Pure House, une structure collective du même type, est décrite comme un «mode de vie pour les aventuriers et les créateurs», un moyen de «réunir des gens aux passions distinctes». Pour 4000 dollars par mois (3700 euros), un abonnement luxe donne accès à du yoga, des massages, des livraisons de fruits et légumes, et du coaching sport et bien-être.

Slate.fr

Newsletters

En Chine, les «mauvais citoyens» ne pourront plus prendre l'avion ou le train

En Chine, les «mauvais citoyens» ne pourront plus prendre l'avion ou le train

Depuis quelques années, la Chine développe un système de «crédit social» évaluant les citoyens et citoyennes chinoises au regard de leurs actions quotidiennes. En fonction de leur note, certains droits peuvent leur être retirés.

À Seattle, on installe des arceaux à vélos contre les sans-abri

À Seattle, on installe des arceaux à vélos contre les sans-abri

Le mobilier urbain anti-SDF a proliféré dans les grandes villes, sans solution de secours viable pour les personnes délogées.

Amazon vs Google: l'escalade des représailles est lancée (et plus rien ne sera comme avant)

Amazon vs Google: l'escalade des représailles est lancée (et plus rien ne sera comme avant)

La prise de bec entre les deux géants de l'internet pourrait être la première estocade dans la prochaine grande guerre des entreprises de nouvelles technologies.

Newsletters