Monde

Le sourire robotique d'Obama

Temps de lecture : 2 min

Mercredi 23 septembre, le président américain Barack Obama et sa femme donnaient une réception au Metropolitan Museum of Art de New York, où ils ont pris la pose pour 130 photographies successives avec les dirigeants du monde entiers présents à l'occasion de la réunion des Nations Unies.

Le bloggeur Eric Spiegelman a eu l'idée de monter une vidéo avec toutes ces photos mises à la suite en se rendant compte que le président avait exactement la même pose et le même sourire sur chacune d'entre elles.

«Mesdames et messieurs, votre président est un robot», ironise Spiegelman dans sa description de la vidéo, qu'il a postée sur le site de partage Viméo. «Ou une sculpture de cire. Ou un personnage dessiné sur un carton. Tout ce que je sais est qu'aucun être humain n'a de sourire de photo aussi régulier.»

Et pour les sceptiques, toutes les photos sont disponibles sur la page Flickr officielle de l'évènement.

[Voir la vidéo sur vimeo]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran du site Vimeo

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters