Partager cet article

L’Angleterre introduit la voie rapide pour les piétons trop pressés

Céder le passage | Miles Goodhew via Flickr CC License by

Céder le passage | Miles Goodhew via Flickr CC License by

Avec la période des courses de Noël, un quart des Britanniques souffriraient de la «rage du trottoir», en raison de la lenteur des autres piétons. Pour remédier à cela, des voies rapides ont été tracées.

Imaginez. Vous devez absolument faire vos courses de Noël avant de rentrer chez vous, mettre la dinde et les marrons au four, emballer les cadeaux pour les enfants et enfin vous déguiser en bonhomme rouge bedonnant.

Mais pour l’instant vous êtes bloqués dans la rue et maugréez intérieurement contre tous vos voisins de trottoirs qui ne font que traîner. Ce sentiment habite près d’un tiers des Britanniques lors des périodes de fêtes, selon le Telegraph. Déjà en 2013, le journal avait rappelé que 27% de la population verrait sa pression sanguine s’élever s’ils se retrouvaient coincés dans les bouchons piétonniers.

Heureusement, ce cauchemar appartient désormais au passé pour tous les piétons qui marcheront devant le complexe commercial du Liverpool One, dans la cité des Beatles. La compagnie Argos a décidé de peindre des marques sur le trottoir devant son magasin avec l’inscription «voie rapide». Le principe est simple, vous pouvez y gambader à vive allure, sans être handicapé par tous ceux qui n’enchaînent que les petits pas et les arrêts intempestifs.

Des voies différentes existaient déjà

Une décision motivée par la demande des consommateurs selon Andy Brown, directeur des opérations centrales à Argos:

«Les usagers nous ont dit que la vitesse était cruciale quand ils vont dans le centre ou les grandes rues, donc nous voulons tester la réaction du consommateur dans une voie rapide dédiée. Nous espérons que cela atténue une des plus grandes frustrations du shopping dans les grandes avenues.»

Des expériences semblables avaient été tentées en Chine et à Washington, sauf qu’elles concernaient les personnes qui regardaient leurs téléphones et les autres. Ces expériences ne sont pas du goût de Nick Tyler, professeur d’ingénierie civile à l’Université de Chadwick, qui émet son opinion sur le site The Conversation. Pour lui «la vie dans les voies rapides pédestres n’est pas la vie, essayons plutôt de ralentir nos villes à la place».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte