Partager cet article

Nos comportements sur internet n’ont que très peu changé depuis Snowden

Des manifestants pro-Snowden le 22 mai 2014 à Berlin | REUTERS/Tobias Schwarz

Des manifestants pro-Snowden le 22 mai 2014 à Berlin | REUTERS/Tobias Schwarz

Que les individus se sachent surveillés sur internet ne change que très modérément leurs habitudes en ligne.

Le 6 juin 2013, Edward Snowden, par le biais de plusieurs médias, révélait des informations top-secrètes sur la surveillance des communications par le gouvernement américain. Des captations de métadonnées aux systèmes d’écoutes sur internet et téléphonique, il dévoilait au grand public des programmes nationaux de surveillance tels que Prism, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun. Mais ces annonces et leur très forte médiatisation ont-elles changé les habitudes des internautes? Bien assez modérément, à en croire le site Priceonomics.

Le site américain s’appuie sur une étude menée par Catherine Tucker et Alex Marthews, tous deux professeurs au MIT. Pour mesurer l’impact des informations du lanceur d’alerte, ils ont observé l’évolution des requêtes faites sur des moteurs de recherche depuis 2013. Ils se sont focalisé sur les recherches qui causeraient des problèmes à leur auteur si un gouvernement en prenait connaissance (telles que «préparation d’une bombe», «anthrax», «djihad» ou «assassinat»), en suivant pour cela la liste des termes surveillés par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, mais aussi sur celles qui pourraient le mettre dans l’embarras si jamais son entourage proche les découvrait (comme «viagra» ou «pouvoir aux blancs»).

Résultat: depuis le 6 juin 2013, les recherches qui pourraient attirer l’attention du gouvernement ont baissé de 10% tandis que celles qui risqueraient d’engendrer des disputes amicales ou familiales ont stagné voire un peu augmenté.

Ces chiffres sont toutefois à relativiser. En effet, si les requêtes sur les moteurs de recherche n’ont pas été considérablement modifiées par les indiscrétions de Snowden, il est à noter que les réseaux informatiques parallèles qui assurent un total anonymat, comme Tor, ont vu leurs utilisateurs considérablement augmenter depuis juin 2013.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte