Partager cet article

Les tweetos pro-Daech sont des ados comme les autres

Twitter | Andy Melton via Flickr CC License by

Twitter | Andy Melton via Flickr CC License by

Un site américain s'est penché sur le cas d’Abu Yusuf Al Jabarti, jeune homme écorché vif... et partisan du califat autoproclamé sur Twitter. Preuve que l'intégrisme religieux est parfois soluble dans les tourments amoureux et les confrontations virtuelles avec ses rivaux.

Pas sûr que ce tweetos, repéré par Gawker, soit vraiment «un soldat de Dieu» mais il ne se cache cependant pas d’être un fervent partisan de l’État islamique. Il montre surtout que, pour être un intégriste, on n’en pas moins un adolescent un peu exaspérant sur internet.

Abu Yusuf Al Jabarti (en arabe, jabar signifie puissant ou réconfortant), comme il se présente sur Twitter, affiche en photo de profil la photo du soi-disant calife Abu Bakr Al Baghdadi lors de son prêche public de Mossoul en 2014. Pour le reste, à lire ses publications, il semble qu’on ait affaire à un banal adolescent anglo-saxon se servant des réseaux sociaux pour s’en prendre aux gens qu’il n’aime pas.

Théologie musulmane bon marché

Cible de la plupart de ses tweets assassins, on trouve un individu, connu sur Twitter sous le nom de Jazrawi Uuod. Visiblement, Jazrawi s’est moqué avec d’autres filles «jalouses» de la copine (ou future femme) de Jabarti.

Dans ce dernier message, il demande que le courroux divin s’abatte sur ceux qui persécutent Umm Qaqa (sa copine) et leurs complices. Dans le premier, il recommande aux hommes de rester en dehors des «embrouilles entre filles». Le journaliste de Gawker s’est surtout intéressé au deuxième message et pointe avec humour que Twitter pourrait s’enorgueillir d’un pareil slogan: «Twitter, un endroit pour lire des infos avant de faire son Hijra» (Hégire, soit le pélerinage vers La Mecque, ou plus largement émigration d’un pays non musulman vers un pays musulman).

Apparemment féru de théologie musulmane bon marché, Jabarti dénonce souvent l’action de Jazrawi comme un exemple de fitna (désordre, anarchie, voire guerre civile en arabe). Il en appelle à Dieu pour punir impitoyablement son rival:
Dans le premier des messages ci-dessus, Abu Yusuf Al-Jabarti s’insurge ainsi en direction des cieux: «Tu crois que c’est drôle de se moquer d’Umm Qaqa [sa copine]? Qu’Allah t’humilie tellement que tu n’oseras plus jamais venir sur Twitter.»

Les administrateurs de Twitter et Allah se sont montrés miséricordieux, répétant le jugement de Salomon: les deux comptes sont désormais suspendus. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte