Économie / France

1.000 euros la prise électrique, 14.000 l’imprimante: le nouveau ministère de la Défense est facturé au prix fort

Temps de lecture : 2 min

Les modifications sur le nouveau site du ministère, même les plus anecdotiques, coûtent un prix exorbitant.

Une vue aérienne du chantier du nouveau ministère de la Défense à Paris | via Google Maps
Une vue aérienne du chantier du nouveau ministère de la Défense à Paris | via Google Maps

Le nouveau site du ministère de la Défense français, installé à Balard, dans le sud de Paris, entre en service. Inauguré le 5 novembre en présence de François Hollande, le bâtiment est néanmoins occupé par une grande partie des militaires et fonctionnaires du ministère depuis le mois de février dernier.

Un personnel qui a déjà eu l’occasion d’expérimenter des problèmes techniques récurrents: des ascenseurs en panne, des problèmes d’accès, des volets qui se ferment en pleine réunion... Des dysfonctionnements propres aux bâtiments flambants neufs.

Devis astronomiques

Ce qui interpelle davantage, ce sont les devis astronomiques reçus par le ministère de la Défense portant sur des modifications ou des interventions de maintenance et révélés par Challenges. Une conséquence directe de la gestion du site en partenariat public-privé (PPP), explique le magazine:

«Si le loyer annuel versé par le ministère, 154 millions d’euros, comprend la redevance immobilière, celles des systèmes d’information et des services (restauration, nettoyage, conciergerie…), chaque modification des bureaux demandée fait l’objet d’une facturation supplémentaire.»

Dans son enquête, le magazine Challenges dévoile le montant de certaines factures –refusées par le ministère– qu’il a pu consulter: 2.274 euros pour l’installation de deux prises de courant, 13.613 euros pour l’installation d’une imprimante et d’un scanner ou 2.000 euros pour la modification du sens d’ouverture d’une porte de bureau.

Les agents du ministère vont donc devoir s’adapter. «Face à ces prix prohibitifs, il conviendra d’adapter sa façon de travailler aux nouveaux locaux, et non pas (ou plus) d’adapter les locaux à la façon de travailler», écrivait l’un deux dans un e-mail. De son côté, Jean-Paul Bodin, contrôleur général des armées et secrétaire général à l’administration du ministère, reconnaît le problème. «Nous freinons les demandes de modifications», explique-t-il.

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio