Partager cet article

La mort de Robin Williams a mis en lumière une maladie rare

Des journaux annoncent la mort de Robin Williams le 12 août 2014 à New York | REUTERS/Lucas Jackson

Des journaux annoncent la mort de Robin Williams le 12 août 2014 à New York | REUTERS/Lucas Jackson

La femme de l’acteur américain décédé en 2014 a révélé qu’il souffrait d’une maladie peu connue: la démence à corps de Lewy.

La dépression était la cause officielle du suicide de Robin Williams en août 2014. Pourtant, ces derniers jours, sa veuve Susan a révélé à plusieurs médias américains une tout autre version. Selon elle, son mari souffrait d’une maladie rare et incurable, la démence à corps de Lewy. C’est la conscience de son état de santé préoccupant qui, selon elle, aurait poussé l’acteur à se donner la mort, rapporte le Guardian.

Cette maladie survient généralement autour de 70 ans et comporte des similitudes avec la maladie de Parkinson et celle d’Alzheimer. Les symptômes sont assez lourds. Le malade souffre généralement de démence dégénérative caractérisée par des hallucinations, des troubles du comportement, de la mobilité mais aussi des trous de mémoires et parfois des excès d’agressivité.

Diagnostic difficile

Cette maladie est assez peu connue et difficile à diagnostiquer. Même les experts se divisent sur la question, certains estimant qu’elle est un sous-type de la maladie de Parkinson, d’autres la considérant comme une pathologie à part entière.

Si l’acteur souffrait effectivement de la démence à corps de Lewy, cela donnerait un tout autre éclairage à sa mort car c’est une maladie dont le patient a conscience sans pouvoir rien faire contre. Aucun traitement efficace n’existe à ce jour pour soigner les malades. Au mieux, des médicaments peuvent aider à gérer les symptômes mais rien ne peut guérir les troubles neurologiques.

Or cette pathologie fait perdre à celui qui en est atteint une grande partie de son autonomie. Robin Williams devait ainsi avoir du mal à se déplacer, à effectuer de simples tâches du quotidien. Le malade devient extrêmement lunatique et souffre en plus régulièrement d’états dépressifs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte