Santé

Vous imaginez toujours le pire? Vous faites bien

Temps de lecture : 2 min

Contrairement aux idées reçues, stresser en attendant des résultats ne sert pas à rien.

Angoissé? C’est bien! | Ryan via Flickr CC License by
Angoissé? C’est bien! | Ryan via Flickr CC License by

Lorsque vous attendez des résultats importants, par exemple ceux d’un examen ou d’un concours, vos proches adorent dire que «ça ne sert à rien de stresser». En fait, c’est faux. Être angoissé est une bonne stratégie d’attente.

Selon une étude publiée dans la revue Emotion, les individus qui sont particulièrement angoissés pendant les périodes d’attente réagissent mieux quand une mauvaise nouvelle arrive.

Angoisse payante

Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs en psychologie ont régulièrement interrogé 230 candidats au barreau de Californie pendant les quatre mois d’attente avant la publication des résultats de l’examen. Ils ont également recueilli leurs réactions une fois les résultats connus.

Les candidats qui étaient optimistes et peu anxieux pendant la période d’attente se sont retrouvés désespérés quand la mauvaise nouvelle est arrivée. De l’autre côté, ceux qui étaient très angoissés pendant des mois ont été moins affectés par les résultats négatifs, et ont particulièrement savouré leur réussite, résume un article de Time.

«Ceux qui souffrent pendant la période d’incertitude réagissent mieux aux mauvaises nouvelles, et ils sont encore plus joyeux à l’arrivée de bonnes nouvelles», explique Kate Sweeny, qui est professeure de psychologie à l’université de Californie à Riverside.

Interviewée par le New York Times, Julie K. Norem, l’auteure d’un livre sur la force positive des émotions négatives, résumait ainsi ce mécanisme:

«On pourrait penser que bien attendre implique de ne pas avoir d’émotions négatives. Mais ne pas passer par ce processus intellectuel fait qu’on est moins bien préparé à recevoir une mauvaise nouvelle

Pour les auteurs de l’article, les résultats de l’étude confirment que ce genre d’attente est stressante et difficile, mais que la pénibilité même de cette attente finit par être payante quand arrivent les nouvelles.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters