Partager cet article

Un très grand squelette de raptor découvert dans le Dakota du Sud

Hell Creek | Chuck_893 via Flickr CC License by

Hell Creek | Chuck_893 via Flickr CC License by

Avec ses cinq mètres de long, le squelette du «Dakotaraptor» invite à revoir nos opinions sur les dinosaures.

Robert DePalma, du musée d’histoire naturelle de Palm Beach, et son équipe ont fait une belle découverte du côté de Hell Creek, un relief rocheux datant du crétacé supérieur (-100,5 à -66 millions d’années), dans le Dakota du Sud, aux États-Unis: le squelette partiellement préservé d’un raptor que les scientifiques ont donc appelé, avec un certain sens de la logique, le «Dakotaraptor». Leur trouvaille est mentionnée par un blog de Discover Magazine et l’équipe a publié l’intégralité de ses travaux dans cette étude, que l’on retrouve dans la revue de l’université du Kansas. Hell Creek est connu pour receler de nombreux fossiles. C’est d’ailleurs le second raptor trouvé là en peu de temps.

Le Dakotaraptor est l’un des plus grands spécimens connus de son espèce: la bête mesurait près de cinq mètres de long grâce notamment à sa queue. En dehors de celle-ci, ce dinosaure pouvait compter sur une griffe inquiétante, taillée en forme de faucille, lui permettant de déchirer ou d’accrocher le corps de ses proies. Des petites ailes, sans aucune utilité apparente, garnies de plumes complétaient le tableau.

Stephen Brusatte, un spécialiste de l’université d’Édimbourg qui n’a pas participé aux travaux de l’équipe dirigée par DePalma, présente les deux explications possibles pour la présence de plumes sur cet être incapable de voler:

«Soit, il descend d’une espèce volante mais ayant perdu cette faculté avec le temps, comme l’autruche, soit l’évolution tient à d’autres raisons, comme l’apparence ou la couvaison des œufs.»

Tapi dans l'ombre

Les chercheurs tentent toujours d’établir si le Dakotaraptor chassait seul ou en bande. Leur découverte conduit en tout cas déjà à repenser la hiérarchie du règne des dinosaures. Longtemps, la communauté des savants a envisagé que le tyrannosaure (plus gros que le Dakotaraptor) par ses performances et son gabarit avait empêché l’émergence d’un autre prédateur d’envergure.

Il se pourrait bien, cependant, que le Dakotaraptor ait évité la confrontation directe avec son redoutable concurrent et se soit débrouillé pour se tailler une place dans son ombre. Alors que les très longues pattes arrières du T-Rex semblaient le destiner aux courses-poursuites prolongées, la structure plus fine du Dakotaraptor serait plutôt le signe d’un prédateur amateur d’embuscades.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte