Économie / Monde

En Afghanistan, une station de service à... 43 millions de dollars

Temps de lecture : 2 min

Ce n’est pas la première fois que des malversations sont remarquées dans l’utilisation des fonds de l’aide américaine.

Un employé d'une station-service dans la ville de Saway-Kowt en Afghanistan, en 2009 | REUTERS/Zohra Bensemra
Un employé d'une station-service dans la ville de Saway-Kowt en Afghanistan, en 2009 | REUTERS/Zohra Bensemra

Dans le nord de l’Afghanistan, la construction d’une station-service délivrant du gaz naturel dans la ville de Sheberghan a coûté... 43 millions de dollars (soit environ 39 millions d’euros). Un coût jugé «exorbitant» par les autorités américaines et dévoilé dans un rapport officiel soulignant de nouvelles dérives dans l’utilisation des aides américaines, explique Slate.com.

Pour illustrer le problème, Warren Ryan, un porte-parole de l’inspecteur général pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar), a souligné qu’au Pakistan la construction d’une station-service similaire n’avait coûté que 500.000 euros.

Des dérives multiples

Ce n’est pas la première fois que des abus ou des malversations sont remarqués dans l’utilisation des fonds de l’aide américaine. Parmi les dérives rendues publiques, Le Monde évoque notamment l’échec d’un programme de lutte contre la drogue de 8 millions de dollars, des avions financés à hauteur de 500 millions de dollars qui ont terminé en ferraille ou une clinique tout neuve ayant un accès réduit à l’eau ou à l’électricité.

Les rapports menées par les autorités américaines et le Sigar mettent en lumière les nombreuses difficultés des États-Unis à aider le gouvernement afghan. Au total, depuis la création du Sigar en 2008, 538 enquêtes ont été lancées et ont donné lieu à l’arrestation de 73 personnes et à 69 inculpations, ajoute Le Monde.

Newsletters

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Les compagnies aériennes, heurtées de plein fouet par la crise liée au Covid-19, pourraient augmenter les prix des billets pour pallier les pertes.

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Début de la fin

Début de la fin

Newsletters