Égalités / Sciences

Le cerveau des hommes et des femmes n’est pas différent

Temps de lecture : 2 min

Les études affirmant qu’il existe un cerveau féminin et un cerveau masculin cherchent trop à valider leur postulat de départ pour être prises au sérieux.

Un cerveau humain | REUTERS/Denis Balibouse
Un cerveau humain | REUTERS/Denis Balibouse

On parle souvent d’un cerveau féminin et d’un cerveau masculin. Des études où l’on visualise les connexions de substance blanche dans le cerveau ont montré des schémas très différents, avec des zones plus actives à l’intérieur de l’hémisphère cérébral chez l’un et connectant plutôt les deux hémisphères chez l’autre. Des experts comme Leonard Sax ont tenté de montrer que l’hippocampe masculin réagissait mieux au stress et à la mise en compétition quand celui de la femme réagirait mieux à la gentillesse.

Mais tout ceci repose essentiellement sur des études peu sérieuses, qui cherchent trop à valider leur postulat de départ sans prendre en compte toutes les données, balaie d’un revers de main la neuroscientifique Lise Eliot dans Slate.com. Elle est l’auteur d’une nouvelle étude publiée dans la revue NeuroImage et résumée par le magazine Wired, qui montre qu’il n’y aurait pas de différence de taille entre les deux organes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

S’appuyant sur l'analyse de 6.000 IRM, la scientifique bat en brèche les idées reçue: «Beaucoup de gens croient qu’il existe un cerveau féminin et un cerveau masculin. Mais; quand on regarde dans le détail de ces études, et dans les données, on trouve en réalité des différences non significatives.»

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio