Santé

Une petite fille, née avec le cœur en dehors de la poitrine, se bat pour survivre

Temps de lecture : 2 min

Condamnée par les docteurs avant même de naître, Virsaviya Borun-Goncharova déjoue depuis six ans tous les pronostics. Un crowdfunding est lancé pour financer son opération.

La petite Virsaviya | Crédit Instagram dariborun
La petite Virsaviya | Crédit Instagram dariborun

Virsaviya Borun-Goncharova est une petite miraculée. Née avec le syndrome de Cantrell, qui touche environ une naissance sur un million, la petite fille d’origine russe étonne le corps médical depuis sa naissance. Elle qui aurait pu mourir dès les premières heures de sa vie, se bat et tient tête à la fatalité.

Sa maladie est assez méconnue et chaque cas présente des symptômes assez différents, rapporte NBC 6. Pour elle, c’est son cœur et ses intestins qui sont situés à l’extérieur de sa poitrine. Elle et sa mère Dari aimeraient emménager à Boston pour se rapprocher de l’hôpital pour enfants où un docteur a promis d’aider la petite Virsaviya. Pour ce faire, Dari, mère célibataire qui manque de moyens, a récemment lancé une campagne de crowdfunding (financement participatif) sur le site YouCaring, afin de récolter des fonds pour payer une opération à sa fille.

We're introducing you to this sweet girl from Russia, who now lives in South Florida. She was born with her heart...

Posté par NBC 6 South Florida sur mercredi 28 octobre 2015


Une vague d'émotions

Depuis le lancement du crowdfunding, Dari a déjà récoltée près de 28.000 $ (environ 25.400€), mais espère atteindre 100.000$, une somme qui couvrirait l’intégralité des frais de l’opération. Elle partage également son quotidien et celui de sa fille sur son compte Instagram et a reçu le soutien de nombreux internautes depuis la médiatisation de l’affaire par NBC 6. Le post Facebook de la chaîne sur le reportage a été vu près de cinq millions de fois et le sort de cette petite fille émeut de nombreux américains.

«Je ne ai pas de famille ici. Il n'y a que moi et Virsaviya, mais maintenant je me sens comme si j’avais une famille parce que beaucoup de gens qui prennent soin de nous. Ils nous aiment. Ils veulent aider», a déclaré Dari à la chaîne.

La petite fille reste positive et remercie sa mère qui l’a toujours soutenue dans son combat: «Mon cœur est ici. Il est à l'extérieur de ma poitrine et j’aime vraiment ma mère, elle a toujours aimé toucher mon cœur.»

Slate.fr

Newsletters

Les personnes intersexes, grandes oubliées de la fiction

Les personnes intersexes, grandes oubliées de la fiction

Ce n'est pas parce que la Quinzaine de Visibilité Intersexe vient de s'achever qu'il faut cesser de parler du sujet, qui concerne près de 2% d'entre nous. À travers les rares fictions réalisées sur le sujet et quelques documentaires extrêmement...

Faire preuve de gentillesse rallongerait votre espérance de vie

Faire preuve de gentillesse rallongerait votre espérance de vie

Une raison de plus de répandre le bien autour de vous dans ce monde de brutes.

La délicate question du consentement des personnes âgées en Ehpad

La délicate question du consentement des personnes âgées en Ehpad

En matière d'aide et de soin, les frontières entre contrainte et consentement sont plus floues qu'il n'y paraît.

Newsletters