Partager cet article

Le sort d’un résistant anglais élucidé soixante-dix ans après

Sidney Ashcroft | Capture d'écran BBC

Sidney Ashcroft | Capture d'écran BBC

La famille de Sidney Ashcroft voulait savoir ce qui lui était arrivé depuis sa disparition en 1945.

L’histoire de Sidney Ashcroft ressemble à celle de tant d’autres résistants de la Seconde Guerre mondiale. Arrêté en 1942 pour «vol aggravé et résistance aux forces nazis» sur l’île de Guernesey, il fut condamné à deux ans et neuf mois de travaux forcés. Il aurait frappé et dépouillé de sa nourriture un soldat nazi, selon des documents officiels. Pourtant, il n’est jamais rentré chez lui et sa mère le recherchait depuis 1945. Elle qui n’était pas originaire de l’île est restée y habiter pour attendre le retour de son fils. La BBC a décidé de mener l’enquête pour remonter le parcours de Sidney.

Ashcroft faisait partie d’un groupe de résistants insulaires appelés «Guernsey Eight» qui ont été déportés vers des camps de concentration et des prisons en Allemagne, pour avoir contesté ou s’être opposés au régime nazi en place sur l’île, de 1940 à 1945. C’est le docteur Gilly Carr de l’université de Cambridge qui a décidé de mener l’enquête dans le cadre de la BBC Inside Out: 

«La première fois que je l'ai vu la photo de Sidney, il y avait en lui quelque chose qui m'a toujours hanté et qui m'a donné envie d'en savoir plus sur lui. La famille encore en vie de Sidney m’a dit que selon la légende familiale, Sidney aurait frappé un soldat allemand car il aurait poussé sa mère.»

Mort de tuberculose

C’est Walter Lainé, un ami insulaire de Sidney qui le voit pour la dernière fois dans la prison de Straubing, deux semaines avant la fin de la guerre.

La pierre tombale en hommage à Ashcroft | Capture d'écran BBC


Selon un document retrouvé par le docteur, Sidney serait décédé des suites d’une tuberculose, une semaine après la capitulation allemande.

«Bien que les causes de décès sur les certificats de prisons et les camps nazis ne peuvent pas toujours être sûres, je pense que nous pouvons croire ce rapport. La tuberculose était extrêmement fréquente chez la population carcérale et Walter [Lainé] a témoigné que Sidney était sujet à des problèmes de gorge qui l'avait empêché de manger.» 

Le docteur a même retrouvé la tombe de Sidney sur une fiche de la Croix-Rouge. Elle était située au cimetière militaire de St Michael et sa famille a pu apposer une pierre tombale sur la sépulture.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte