Partager cet article

Malaise, Snapchat voudrait s'arroger le droit d'exploiter vos photos

Le logo de Snapchat au-dessus de Times Square, à New York, le 12 mars 2015 | REUTERS/Lucas Jackson

Le logo de Snapchat au-dessus de Times Square, à New York, le 12 mars 2015 | REUTERS/Lucas Jackson

De nombreux articles publiés en fin de semaine dernière reviennent sur les termes de service de l'application.

Alors que François Hollande doit bientôt arriver sur Snapchat, l'application de messages éphémères est une nouvelle fois sous le feu des critiques. Selon un article publié le 30 octobre par le Telegraph, le bébé d'Evan Spiegel «se réserve le droit de stocker et d'utiliser toutes les photos prises via l'application».

«L'application vient de changer ses termes de service et toutes les photos lui appartiennent. En plus de cela, si vous l'utilisez, vous autorisez l'application à faire ce qu'elle veut de vos photos. Par ailleurs, la politique de confidentialité indique qu'en partageant du contenu sur le service, vous accordez à Snapchat la permission d'utiliser votre nom, image et voix partout dans le monde sans restrictions, sur tous les médias et canaux de distribution, à jamais. Cela veut dire que les photos que les gens prennent –et qu'ils imaginent resteront privées avant d'être supprimées– pourraient apparaître comme matériel de promotion de Snapchat, sur son site, ou même sur ses comptes.»

Pas de stockage à perpétuité

Autant vous dire que la nouvelle est moyennement passé auprès des utilisateurs. À tel point que Snapchat a tenu à remettre un peu d'ordre dans tout cela, dans un post sur son blog, ce 2 novembre. 


Snapchat insiste notamment sur le fait que les messages ne sont pas stockés à perpétuité, une fois qu'ils ont été vus ou ont expiré, note Mashable.

«Et parce que nous continuons à les supprimer de nos serveurs dès qu'ils sont lus, nous ne pourrions pas les partager –d'ailleurs nous ne le faisons pas– avec des publicitaires ou nos partenaires.»

Mashable détaille cependant que la politique de confidentialité indique que Snapchat «ne peut pas "garantir" que les messages et métadonnées soient supprimés à un moment spécifique».

Instagram avait fait marche arrière aussi

Et comme l'indique Wired, si les articles ont peut-être été alarmistes, «Snapchat a toujours un énorme contrôle sur le contenu créé par les utilisateurs».

«Il conserve le droit d'utiliser du contenu de Snapchat pour des Live Stories, par exemple, et peut les partager “autour du monde et même les rejouer ou les regrouper. Mais l'entreprise a eu du mal à dire que de telles permissions étaient déjà présentes dans les précédentes politiques de confidentialité.»

Et le site britannique rappelle que Snapchat n'est pas le seul à agir ainsi avec les contenus présents sur son application et à faire face à de tels controverses.

«En décembre 2012, Instagram a dû renoncer à une mise à jour qui lui donnait la permission d'inclure les photos d'utilisateurs pour de la publicité. À l'époque, Kevin Systrom, le fondateur de l'application, s'était excusé pour l'erreur de jugement et indiqué que de tels changements seraient mieux expliqués dans le futur. Comme Snapchat l'a admis dans sa réponse aux articles de la semaine dernière, ces permissions sont “communes aux services comme le nôtre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte