Partager cet article

Toute la musique qu'on aime, elle vient de là, elle vient du sable

Dunes de sable | david Stanley via Flickr CC License by

Dunes de sable | david Stanley via Flickr CC License by

Une équipe de scientifiques a plaqué ses oreilles contre les dunes pour comprendre l'origine des sons qui s'en échappent.

Dans le néant du désert, on entend parfois un curieux monologue. Les déplacements de sable donnent lieu à deux mélodies particulières: les harmonies sourdes d’un grondement, ou le son plus clair d’une éruption. Nathalie Vriend, chercheuse en mathématiques appliquées et physique théorique de l’université britannique de Cambridge et doctorante à l’université californienne de Pasadena au moment des recherches, a dirigé des travaux pour comprendre les secrets et les rouages de ce curieux concert. L’étude vient d’ailleurs de paraître dans le Journal Physics of Fluids.

Pour ce faire, il a fallu passer vingt-cinq journées d’été dans la vallée de la mort et du côté des dunes de Dumont dans le désert de Mojave. 

La scientifique détaille la partition: «Le grondement des dunes se fait dans une fréquence audible entre le ré et le sol dans le deuxième octave sous le Do.» En parlant de fréquence, les experts y ont regardé de plus près en mesurant les hertz des sons produits. Les plus lourds ont aussi la fréquence la plus basse autour de 76 hertz, tandis que les grondements s’établissent à un rythme de 85 hertz environ.

Vibrations du sable et vibrations du corps

Mais la musique des reliefs désertiques ne provient pas toujours du même endroit.

L’équipe de scientifiques s’est armée de géophones pour mesurer les vibrations sismiques du sable. Les examens ont montré que le son d’éruption était dû aux vagues de Rayleigh tandis que le bourdonnement plus profond était lié aux ondes sismiques (ou ondes P).

Nathalie Vriend explique également qu’il est possible de provoquer la résonance naturelle des dunes: «Un coup de marteau sur une assiette déclenche une résonance naturelle-équivalente à la fréquence d’un grondement-à l’intérieur de la dune, et c’est quelque chose qu’on a encore jamais décrit jusque là.» Presque mystique, elle ajoute: 

«C’est comme si tout notre corps se mettait lui-même à vibrer. C’est vraiment difficile de concevoir qu’une avalanche si infime soit à l’origine d’un son si fort qui résonne sur les étendues du désert.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte