Partager cet article

Ceux qui se pensent comme experts seraient plus fermés d’esprit

«Comment devenir un expert en dix leçons faciles» | Alan Cleaver via Flickr CC License by

«Comment devenir un expert en dix leçons faciles» | Alan Cleaver via Flickr CC License by

Une étude américaine révèle que si l’on est calé dans un domaine, ou qu’on pense l’être, les opinions différentes des nôtres ont beaucoup moins de crédit à nos yeux.

«Si votre esprit est vide, il est toujours prêt pour n’importe quoi, ouvert à tout. Dans l’esprit du débutant, il y a de nombreuses possibilités, mais dans l’esprit de l’expert il y en a peu.» Cette réflexion du maître bouddhiste zen Shunryu Suzuki vient de trouver une caution scientifique avec la publication d'une étude menée à l’université Loyola de Chicago. Celle-ci indique que le fait d’être ou se sentir expert dans un domaine vous rend plus fermé d’esprit, et donc moins créatif, à en lire les compte-rendus sur Quartz et le Huffington Post:

«Parce que les experts ont déjà donné une vaste réflexion sur des questions dans un certain domaine, ils ont “gagné le privilège d’avoir des croyances et des opinions plus dogmatiques», expliquent les auteurs de l’étude.

Une fermeture d'esprit liée aux «attentes sociales»

L’étude menée consistait en une série d’exercices. Les chercheurs manipulaient les participants, en leur posant des questions très faciles ou très difficiles sur des sujets comme la politique, pour qu’ils se sentent experts ou novices sur ces questions. Les chercheurs testaient ensuite leurs modes de pensée en leur demandant s’ils «étaient ouverts à considérer d’autres points de vues». Ils ont découverts que les participants qui se sentaient comme experts étaient plus amenés à se montrer fermés d’esprits et l’ont associé aux «attentes sociales» d’un tel rôle.

«Dans nos sociétés, nous tolérons davantage l'expression énergique et dogmatique d’opinions quand celui qui les exprime est un expert plutôt qu’un novice, a déclaré le Dr. Victor Otatti au Huffington Post. Donc, le seul fait de se sentir dépositaire d'une expertise active les attentes que l'on assimile à un tel rôle. Et cela nous amène à penser plus d’une façon dogmatique.»

De quoi désacraliser ce rôle «d’expert». Une autre étude avait déjà montré que les experts dans un domaine pensaient avoir plus de connaissances qu’ils n’en possédaient réellement. 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte