Partager cet article

La tragique histoire récente de l’aviation russe

L’Airbus A-321 EI-ETJ, qui s’est crashé dans le Sinaï le 31 octobre, à l’aéroport d’Antalya, en Turquie, le 17 septembre 2015 | REUTERS/Kim Philipp Piskol

L’Airbus A-321 EI-ETJ, qui s’est crashé dans le Sinaï le 31 octobre, à l’aéroport d’Antalya, en Turquie, le 17 septembre 2015 | REUTERS/Kim Philipp Piskol

Sur les vingt dernières années, la flotte russe a subi vingt crashs coûtant la vie à 1.330 personnes.

Ce samedi 31 octobre 2015 a été décrété journée de deuil national en Russie. Un Airbus A-321 de la compagnie russe Kogalymavia (plus connue sous le nom de Metrojet), qui reliait Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg, s’est crashé dans le Sinaï. L’appareil a été «complètement détruit», affirment les services de sécurité égyptiens. Au total, 224 personnes étaient à bord: des touristes russes en majorité.

Si la plupart des médias rappellent que le dernier crash aérien en Égypte, qui avait fait 148 morts, dont 134 touristes français, a eu lieu en janvier 2004, le quotidien britannique The Independent s’intéresse non pas au lieu de l’accident mais à la nationalité de la compagnie. Il souligne que l’accident de ce samedi s’inscrit dans une chronologie tragique de crashs aériens pour la Russie. Sur les vingt dernières années, la flotte russe a ainsi subi vingt accidents mortels, coûtant la vie à 1.330 personnes.

Par exemple, en 2001, le vol 1812 de la Siberia Airlines a été abattu par l’armée ukrainienne au-dessus de la mer Noire sur son trajet Tel Aviv-Novossibirsk. Aucun des soixante-six passagers ni des douze membres de l’équipage n’a survécu. En 2002, c’est un avion Moscou-Barcelone de Bashkirian Airlines qui est entré en collision avec un avion DHL, tuant les soixante-et-onze personnes à bord des deux appareils.

The Independent rappelle pourtant que ces accidents en plein vol sont rares et que la majorité des crashs ont lieu lors du décollage ou de l’atterrissage de l’appareil. Ce fut le cas de l’accident qui avait déjà endeuillé la compagnie Kogalymavia en 2011, tuant 3 personnes sur les 119 à bord.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte