Économie / Monde

La dette grecque, c’est 544 années d’interview de Varoufakis

Temps de lecture : 2 min

L’ancien ministre des Finances grec est au cœur d’une polémique en Italie pour avoir perçu 24.000 euros pour une interview de moins d’une demi-heure.

Yanis Varoufakis interviewé par plusieurs médias le 27 mai 2015 | REUTERS/Alkis Konstantinidis
Yanis Varoufakis interviewé par plusieurs médias le 27 mai 2015 | REUTERS/Alkis Konstantinidis

Depuis sa démission le 6 juillet 2015, au lendemain du référendum sur la dette grecque, Yanis Varoufakis enchaîne les interviews et les déplacements à travers la planète. Du plateau de France 2 aux colonnes du Monde, du Nouvel Obs au Guardian en passant par une apparition à la Fête de la Rose d’Arnaud Montebourg, il est partout. Il cultive son image de bad boy qui n’a pas sa langue dans sa poche et se définit comme un «marxiste libertaire». Pas sûr néanmoins que la prime qu’il a touchée après une interview à la chaîne italienne Rai 3 aurait beaucoup plu à Marx l’anticapitaliste.

Sur son blog, Varoufakis détaille en effet les rémunérations qu’il a perçues lors de ses dernières apparitions. Près de 30.000 euros pour une conférence à Singapour fin octobre, 1.700 euros pour une rencontre avec la nouvelle maire de Barcelone Ada Colau et surtout 24.000 euros pour une interview de vingt-deux minutes accordée à la Rai 3 le 27 septembre dernier. L’information a aussitôt déclenché une vague d’indignation en Italie, où de nombreux élus s’insurgent contre cette interview à 1.000 euros la minute d’un «grand homme de gauche».

À Slate.fr, nous nous sommes demandé combien de minutes d’interview il faudrait à Varoufakis pour avoir assez de liquidités pour combler la dette de son pays en crise, évaluée à environ 312 milliards d'euros. Avec un Varoufakis à 1.090 euros environ la minute, il faudrait 286.238.532 minutes à l’ancien ministre pour la combler. Ce qui équivaut à 4.770.642 heures, soit 198.776 jours, soit 544 années d’interviews. Même avec la meilleure volonté du monde, pas sûr qu’il arrive à avoir de quoi sauver son pays.

Lorenzo Calligarot Journaliste

Newsletters

Samir Amin, économiste star de l'altermondialisme, est mort

Samir Amin, économiste star de l'altermondialisme, est mort

L'économiste franco-égyptien était partisan d'un «développement marxiste» pour mettre à bas le capitalisme, «considéré comme un système obsolète».

La Turquie détonateur d’une nouvelle crise financière?

La Turquie détonateur d’une nouvelle crise financière?

Le ton monte entre Washington et Ankara. Au risque de perturber fortement et durablement l'économie mondiale.

Commerce international: la Chine triche à un jeu déjà truqué

Commerce international: la Chine triche à un jeu déjà truqué

La guerre commerciale actuelle est le symptôme d'un système économique mondial malade.

Newsletters