Monde

Les instructions du gouvernement américain en cas de face-à-face avec un Yéti

Temps de lecture : 2 min

«Les chasseurs peuvent photographier ou attraper un Yeti, mais pas lui tirer dessus ou le tuer –à moins qu'il ne s'agisse d'autodéfense.»

Yétis | Hillary Hartley via Flickr CC License by CC
Yétis | Hillary Hartley via Flickr CC License by CC

Si l’existence du Yeti n’a jamais été prouvée, beaucoup de curieux sont partis à sa recherche. Et pour s’assurer que tout se passerait dans un cadre légal quand l’animal mi-singe mi-ours serait trouvé, l’ambassade des États-Unis au Népal avait tout prévu.

Les archives nationales américaines ont récemment ressorti du placard un memo daté de 1959, intitulé «Règlement régissant les expéditions alpinistes au Népal –relatives au Yeti»: un guide en cas de rencontre avec l’animal légendaire, qui énonce trois règles à suivre, résume le Washington Post.

Toutes les photos doivent êtres données

«1. Un permis payant doit être obtenu avant de partir à la recherche du Yeti. Il coûte 5.000 roupies népalaises (environ 43 euros) et doit être acheté au gouvernement népalais.

2. Les chasseurs peuvent photographier ou attraper un Yeti, mais pas lui tirer dessus ou le tuer –à moins qu'il ne s'agisse d'autodéfense. Toutes les photographies de l’animal […] qu’il soit vivant ou mort doivent être données au gouvernement népalais dans les plus brefs délais.

3. Tous les éléments qui prouvent l’existence du Yeti doivent être immédiatement remis au Népal.»

Selon Mark Murphy –archiviste aux Archives nationales–, le mémo a d'abord été rédigé par l'administration népalaise, puis recopié par l'ambassade américaine. Toutefois, il ne prouve pas que le gouvernement des États-Unis croyait en l'existence du Yeti.

«C'est juste un document administratif [...], mais c'est quand même assez cool. On ne s'attend pas à trouver quelque chose comme ça», confie t-il au Washington Post.

Slate.fr

Newsletters

L'édition anglaise de Vogue n'a jamais été aussi engagée

L'édition anglaise de Vogue n'a jamais été aussi engagée

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Née dans les Caraïbes, émigrée aux Etats-Unis puis exilée à Londres, cette militante pour les droits civiques est enterrée à Londres à gauche de Karl Marx.

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Elne se situe dans le Languedoc-Roussillon, à environ 200 kilomètres de Barcelone.

Newsletters