Partager cet article

Ni l'Australie ni la Nouvelle-Zélande ne récupéreront la coupe Webb-Ellis

The Webb Ellis Cup completes visit to Dubai as part of Rugby World Cup Trophy Tour | Land Rover MENA via Flickr CC License by

The Webb Ellis Cup completes visit to Dubai as part of Rugby World Cup Trophy Tour | Land Rover MENA via Flickr CC License by

Contrairement au football, où le Brésil avait récupéré la coupe après trois victoires, les instances du rugby n'ont pas prévu un tel dispositif.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande doivent s’affronter, ce dimanche 1er novembre, en finale de la Coupe du monde de rugby. L’une de ces deux nations remportera son troisième titre mondial. L’Australie a déjà été sacrée championne du monde en 1991 (12-6, contre l’Angleterre) et en 1999 (35-12, contre la France), tandis que les Néo-Zélandais se sont imposés en 1987 (29-9, contre la France) et en 2011 (8-7, contre la France).

Et pourtant, contrairement à ce qui s’était passé avec la coupe Jules-Rimet, qui récompense les champions du monde de football, aucune des deux équipes ne pourra conserver la coupe Webb-Ellis ce dimanche. Comme le raconte le New Zealand Herald, les orfèvres graveront bien le nom des vainqueurs à l’issue de ce tournoi mais leur tâche s’arrêtera là, ils n’auront pas à en fabriquer une nouvelle:

«Un porte-parole de la World Rugby nous a indiqué qu’il n’y avait aucune discussion autour de ce concept.»

En football, la coupe Jules-Rimet avait filé du côté du Brésil, après sa troisième victoire, en 1970, selon les désirs du dirigeant français. Depuis, la Fifa a choisi de ne pas répéter le processus et fournit, depuis 1974, une réplique à tous les vainqueurs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte