Santé / Sciences

[Vidéo] Pourquoi nous n'aimons pas le son de notre voix

Temps de lecture : 2 min

C'est une question de physique et d'habitude.

Une fois enregistrée, écouter sa propre voix peut être une expérience très désagréable. Tant et si bien que la chaîne YouTube scientifique Mental Floss y a consacré une vidéo pour expliquer pourquoi nous rejetons quasi-systématiquement cette partie de nous.

Quand le son provient de l'extérieur, les ondes traversent le canal auditif et deviennent des vibrations au contact des osselets. Ces vibrations passent par l'oreille interne afin de se loger dans la cochlée, où elles sont envoyées au cerveau sous forme de signaux électriques. Mais quand il s'agit de notre voix, ce n'est plus la même chose.

«Quand nous nous entendons parler, il se passe bien plus de choses que quand le son est porté par l'air. Les vibrations des cordes vocales propagées par nos os affectent le circuit auditif et [...] sont directement envoyées à la cochlée.»

Un même phénomène pour les photos

Un circuit plus direct qui rend nos voix plus graves qu'elles ne le sont pour les autres. Mais justement, si nous préférons notre voix grave à ce qu'elle est réellement, c'est par pure habitude.

«Les gens ont tendance à préférer leur voix plus grave à cause de l'effet de simple exposition, un phénomène psychologique commun qui veut simplement dire que nous aimons les choses auxquelles nous avons été exposés à répétition. [...] Préférer la voix que l'on a entendu toute notre vie à sa version plus aigue en est un exemple.»

Ce phénomène s'applique aussi à ceux qui n'aiment pas se voir en photo: nous avons grandi avec l'image que nous reflétons dans le miroir. Sur les photos, nous n'apparaissons pas comme notre cerveau s'attend à nous voir.

Slate.fr

Newsletters

Le vélo électrique est aussi bon pour la santé que le traditionnel

Le vélo électrique est aussi bon pour la santé que le traditionnel

Après quatre semaines d'utilisation, les effets se font déjà sentir.

Gérer sa love story de l'été à la rentrée

Gérer sa love story de l'été à la rentrée

Pendant l’été, deux numéros hors-série de «C’est compliqué». En juillet et en août, c’est à vous tous, directement, que Lucile Bellan prodigue ses conseils: penser aux dépistages si on a eu un été bien rempli (et on ne pense pas qu’au VIH !) et...

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

Newsletters