Partager cet article

Viande cancérogène: selon les pays, le drame ne concerne pas le même plat

Hot-dogs avec de la moutarde et de la sauce au fromage | jeffreyw via Wikimedia Commons License by

Hot-dogs avec de la moutarde et de la sauce au fromage | jeffreyw via Wikimedia Commons License by

Du hot-dog au currywurst, tout le monde est concerné (ou presque).

Comme nous vous l’expliquions ce lundi 26 octobre, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), agence de l’OMS, a annoncé que la viande rouge serait «probablement cancérogène pour l’homme». Ainsi, si vous souhaitez maximiser vos chances d’éviter un cancer, vous devrez dire adieu au bœuf, au veau, au porc, au mouton, au agneau, au chèvre, et même au cheval si vous trouvez ça «trop génial». En France, on a surtout retenu que les charcuteries ont directement été classées comme cancérogènes. Au pays de la rillette, du sauciflard, du pâté en croûte et du foie gras, la nouvelle a été vécue comme une tragédie par un certain nombre de personnes.

L’écho médiatique d’une telle nouvelle a été mondial. Partout dans le monde, des gens se sont réveillés effarés à l’idée de devoir dire adieu à la viande rouge un jour. Et pendant que nous autres Français avons pris peur pour nos rillettes, les préoccupations de nos voisins étaient tout autres.

Mélange de saveurs

Par exemple, en Italie, La Repubblica ouvre son article sur le salami, dès le premier mot, et l’accompagne d’une photo. Logique quand on connaît la popularité du saucisson dans le pays, et plus particulièrement dans la région de Bologne. En Allemagne, c’est la saucisse qui fait la une des journaux. Mais pas n’importe saucisse: le currywurst, spécialité berlinoise à base de sauce curry et de frites, que l’on voit notamment sur la photo d’illustration choisie par le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Un plat dont nous vous parlions il y a quelques années car il s’est imposé comme l'un des plats de référence des hipsters allemands. Chez nos compatriotes espagnoles, on s’inquiète pour les «embutidos», cette variété de saucisson typique en Espagne, au Portugal ou au Brésil, incluant par exemple le chorizo ou la sobrassada.

Si l’on traverse l’Atlantique et que l’on jette un œil en Argentine, où se trouvent les plus gros consommateurs de viande au monde, on peut lire sur le site du journal Carlín les remarques d’une nutritionniste qui se veut rassurante. Elle explique que la cuisson traditionnelle dite «asado», qui consiste souvent à cuire la viande au feu dans des fours en terre cuite, ne posera pas de danger si l’on fait mariner la viande avant dans un milieu acide…

Enfin, aux États-Unis (comme chez nos voisins britanniques d’ailleurs), deux aliments typiques sont immédiatement mis en cause: le bacon et les hot-dogs.  «Les hot-dogs, le bacon et d’autres viandes transformées causent le cancer, selon l’Organisation mondiale de la santé», titre le Washington Post, en tout simplicité. Même son de cloche du côté de CNN, qui mentionne également le sandwich au bacon. Et ne parlons pas du site Vice, qui mélange les saveurs, comme le font si bien les Américains, en expliquant que «votre hot-dog enroulé au bacon pourrait vous donner le cancer»

Si l’on doit citer un pays où l’étude du Circ ne fait pas vraiment la une des journaux, on pourrait évoquer l’Inde. Sur son site, le Times of India expédie la nouvelle en cinq petits paragraphes, repris d’une dépêche Reuters. Quoi de plus normal? De par sa culture, l’Inde reste l’un des pays les moins consommateurs de viande au monde. Là-bas, personne devrait donc pas trop souffrir de ces révélations.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte