Culture

Pour les Norvégiens, le «Texas» est synonyme de folie

Temps de lecture : 2 min

Depuis une cinquantaine d'années, l’adjectif «texas» est très populaire dans la langue scandinave.

/
Austin Texas | jeremy Keith via Flickr CC License by

«C’est complétement texas comma ambiance», voilà une phrase qu’on trouvera difficilement dans une conversation en France. Elle est, en revanche, très courante en Norvège, selon le Washington Post, qui s’en amuse. Utilisé comme adjectif, et généralement sans majuscule, le mot «texas» désigne dans la langue scandinave une atmosphère folle, chaotique, et parfois hors de contrôle, et fait bien référence à l’État du sud des États-Unis.

L'expression a par exemple servi à caractériser un match de football débridé sur le terrain comme en tribunes, ou des incidents de circulation de grande ampleur. Le journal précise que, loin d’être une locution obscure et peu employée, le terme a paru cinquante fois cette année dans la presse norvégienne.

«C'est comme ça qu'on construit une langue»

Daniel Gusfre Ims, membre du Conseil de la langue de Norvège, explique au site de la BBC que l’expression provient de la fascination exercée par les westerns sur les consciences septentrionales. Systématiquement rattachée à l’État du Texas, la figure du cow-boy a projeté sur cette province une ombre d’anarchie. «Le nom du Texas est devenu le symbole d’une zone de non-droit et incontrôlable», développe Gusfre Ims, qui prend la peine d’ajouter: «Mais ça n’a rien à voir avec l’idée que les Norvégiens se font du Texas aujourd’hui.»

L’expression a eu plus de cinquante ans pour faire son trou dans les glaces et les fjords. La première occurrence de «texas» pour qualifier quelque chose d’extravagant, de fou ou d’extrême dans un sens comme dans un autre apparaît dans un livre de l’auteur norvégien Vegard Vigerust publié en 1957 et intitulé Le garçon qui voulait acheter la société de radiodiffusion norvégienne. La phrase avec laquelle tout a commencé est la suivante: «Ferait-il les choses de manière encore plus “texas” dans le village?»

Erin McKean, fondatrice du dictionnaire en ligne Wordnik, n’est guère étonnée du succès du toponyme dans ce langage courant du nord de l’Europe et rappelle que les métonymies, cette figure de style où le contenant désigne le contenu, sont essentielles dans toutes les langues du monde: «C’est comme ça qu’on construit une langue en mettant en valeur un aspect d’un mot, ou en utilisant des métaphores.»

Slate.fr

Newsletters

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

«Les médias ont tendance à se concentrer sur les questions négatives au sujet des cultures amérindiennes, explique la photographe Carlotta Cardana, et, même s'il est certainement important de discuter de ces questions et de leurs causes...

La fabuleuse histoire du Photomaton

La fabuleuse histoire du Photomaton

Il a traversé le siècle dernier, inspiré les artistes, bouleversé les habitudes et la société, déchaîné les passions... petite histoire d'une grande invention.

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

En sortant son second album «It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back» en 1988, le groupe ne se contente pas de changer la face du rap. Il redéfinit son rôle, la place du rappeur dans l'engagement politique et le dialogue intellectuel.

Newsletters