Santé

Un chirurgien raccroche la tête d’un enfant à son corps

Temps de lecture : 2 min

À la suite d’un accident de la route, cet enfant de 16 mois a eu la moelle épinière tordue et une vertèbre cervicale détachée du reste de la colonne. Il a été opéré et va pouvoir vivre normalement.

Capture d'écran du reportage de la BBC consacré au petit Jaxon.

«C’est un vrai miracle»: Geoffrey Askin, le chirurgien spécialiste de moelle épinière à Brisbane, en Australie, n’en revient toujours pas. Après six heures d’opérations, il a réussi à raccrocher entre eux le corps et la tête d’un enfant de 16 mois, dont la première vertèbre, appelée «atlas» ou «C1», s’était complètement détachée de la deuxième lors d’un accident de la route intervenu alors que le véhicule roulait à plus de 110 kilomètres heure, rapporte le site Scientific American. Si le petit Jaxon n’est pas mort immédiatement, c’est parce que sa moelle épinière ne s’est pas coupée en deux, mais a été tordue à 45 degrés. Rarissime.

Les victimes meurent le plus souvent sur la scène de l’accident: c’est le cas de 68% d’entre elles, selon une étude datant de 2010. Et 22% meurent quelques heures plus tard, à l’hôpital. Ce qui laisse de très maigres chances de survie, une vie la plupart du temps brisée, les patients étant souvent ensuite incapables de respirer seuls, ou complètement paralysés.

La vertèbre C1 | Anatomography via Wikimedia Commons License by

Un fil de fer utilisé

Geoffrey Askin s’est préparé de manière militaire, raconte le site dédié à la science, avec un plan B, et plusieurs scénarios envisagés. C’est une opération qu’il ne pratique qu’une à deux fois par an, faute de survivants à ce type d’accidents, et que seuls les chirugiens les plus expérimentés dans le monde sont autorisés à pratiquer.

Une fois l’incision de dix centimètres pratiquée dans le corps de l’enfant, le médecin a constaté que les vis traditionnellement utilisées pour attacher les deux vertèbres entre elles étaient trop grosses, y compris les plus petites disponibles. Il n’a donc eu d’autre choix que de se rabattre sur du fil de fer, une technique selon lui totalement dépassée. Il a ensuite collé un morceau de côte de Jaxon afin de souder le tout.

Trois semaines plus tard, l’enfant est sur pied, et il est rentré chez lui, comme en témoigne ce reportage de la BBC (visible plus bas). Il devra porter un corset de maintien cervico-thoracique pendant trois mois mais devrait ensuite pouvoir vivre normalement. Un vrai miracle, ou plutôt une sacrée prouesse de la médecine, de plus en plus spectaculaire.

Newsletters

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Les uns estiment qu'il est temps de passer à autre chose, les autres qu'il faut rester sur ses gardes. Un débat qui, au-delà de son aspect scientifique, est éminemment politique.

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

La thérapie expérimentale n'a pas eu que l'effet escompté.

Abandonnons la «guerre à la drogue»: le sujet, c'est comment mettre en place la légalisation

Abandonnons la «guerre à la drogue»: le sujet, c'est comment mettre en place la légalisation

La perpétuation de ce combat, perdu depuis longtemps, se nourrit d'évidences fausses peinant à irriguer le sens commun de nos sociétés tout en échouant à freiner le bouillonnement mondial qui les menace.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio