Vos fesses pourraient-elles se passer de papier toilette?

Papier toilette trônant fièrement sur le trône. | Dean Hochman via Flickr CC License by

Papier toilette trônant fièrement sur le trône. | Dean Hochman via Flickr CC License by

Le papier toilette, indispensable dans le quotidien des Français, coûte plus cher qu’on ne le pense, que ce soit pour notre porte-monnaie, ou pour l’environnement.

Vous rappelez-vous de ce jour tragique où, seul chez vous, vous avez réalisé une fois votre (com)mission accomplie aux toilettes qu’il ne restait qu’une seule feuille de papier autour de l’ultime rouleau disponible? C’est certainement à ce moment-là que vous avez pris conscience de l’importance du papier toilette dans votre quotidien. Ce produit d’hygiène fait partie des achats évidents au supermarché, à tel point qu’on le dépose rarement dans son caddie sans faire attention à son épaisseur, sa couleur ou son prix. Démocratisé à partir des années 1950, le papier toilette s’est imposé logiquement dans nos foyers au même titre que la baguette de pain, les œufs ou la brique de lait. 

Un Français épuise au moins 100 rouleaux par an

De par sa fonction, et souvent par gêne, on oublie bien souvent l’importance du papier toilette dans les foyers et, dès qu’on en parle, c’est plutôt pour rire:

 

Erreur: le papier toilette est un énorme business. En France, le marché représente 786 millions d’euros par an et, selon les chiffres que nous ont fournis le Group’Hygiène («Groupement français des fabricants de produits à usage unique pour l’hygiène, la santé et l’essuyage»), «la consommation apparente de papier toilette en France est de 408,5 kilotonnes en 2014, soit +0,2% par rapport à 2013»

Cela fait 13 kilogrammes par seconde. En 2014, un Français a consommé 17 grammes de papier toilette par jour, soit près de 6,2 kilos par an ou 103 rouleaux de 60 grammes. Après une rapide estimation effectuée grâce aux sites de courses en ligne comme Auchan ou Leclerc, on peut estimer qu’un Français dépense ainsi entre 17 et 85 euros par an (tout dépend de la qualité du papier utilisé) pour ressortir des toilettes avec un petit air satisfait. Multipliez cela par le nombre de personnes vivant avec vous, et vous obtenez une dépense loin d’être négligeable pour de nombreux foyers: une famille de quatre personnes dépense donc entre 68 et 340 euros par an en papier toilette.

Le coût peut aussi exploser si l’on privilégie les marques de luxe qui séduisent une clientèle de plus en plus hygiéniste. Slate.fr vous expliquait il y a quelques mois que, aux États-Unis par exemple, «les ventes de papier toilette de luxe ont atteint 1,4 milliard de dollars» en 2014. Les marques profitent pleinement de notre inconfort aux toilettes en proposant de plus en plus de gammes qui jouent sur l’épaisseur (souvent triple), la douceur, la couleur ou même le parfum. On peut ainsi citer la marque Renova, qui a récemment installé une usine en France et propose des paquets de six rouleaux de toutes les couleurs pour plus de 7 euros.

 

Le papier toilette tue (au moins) 27.000 arbres par jour dans le monde

425,2

en kilotonnes, la quantité de papier toilette produite par la France chaque année

Mais, au-delà du souci financier, une autre question se pose car, pour peu que l’environnement nous importe, le coût écologique du papier toilette (de luxe ou non) n’est pas négligeable. En 2010, l’Institut Worldwatch expliquait que 10 millions d’arbres sont abattus chaque année pour fournir la demande mondiale, soit 27.000 arbres par jour. Et quand on sait, comme nous l’indique Group’Hygiène, que la France produit 425,2 kilotonnes de papier toilette chaque année, difficile de nier son rôle de premier plan dans la déforestation. D’autant plus que nous rechignons à utiliser du papier toilette fabriqué à partir de papier recyclé: jugé pas assez doux, il est aussi suspecté de contenir encore le bisphénol A du papier d’origne, un perturbateur endocrinien.

Le problème est le même pour les rouleaux de papiers blancs, que les industriels blanchissent avec du chlore pour rendre leur produit plus agréable. Même le rouleau censé être jetable dans la cuvette, le fameux «Aqua Tube» proposé par Lotus, cultive à tort l’idée selon laquelle les toilettes sont une poubelle. L’année dernière, le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne expliquait ainsi: «ces Aqua Tubes rajoutent une pollution aux eaux usées, c’est une charge supplémentaire à éliminer en station d’épuration».

Après avoir laissé échapper un petit rire lors d’une première prise de contact, le ministère de l’Environnement n’a jamais donné suite à nos demandes de chiffres sur le coût écologique du papier toilette, recyclé ou non. 

Notre responsabilité d’occidentaux est d’autant plus importante que le papier toilette n’est pas un produit populaire ailleurs dans le monde. «Près de la moitié de la planète n’utilise pas de papier toilette», écrivait le magazine Usbek & Rica en 2010, principalement dans les pays du Sud économique, où les alternatives sont nombreuses. Se pourrait-il que nous arrivions un jour à oublier le rouleau de PQ et privilégier des alternatives économiques à la fois pour notre porte-monnaie et pour la planète?

Les toilettes japonaises, mauvaise idée

Les alternatives existent, à commencer par les fameuses toilettes japonaises. Le principe est simple: un petit tuyau se déploie une fois votre commission terminée et projette un doux jet d’eau tiède pour procéder au lavement. Nous vous en parlions déjà il y a quelques mois, lorsqu’un journaliste du New York Times avait expliqué voir dans ces petits bijoux de technologie une véritable révolution pour nos fesses.


Le marché des toilettes japonaises n’est pas encore vraiment développé en France, malgré une gamme de prix très large, avec des produits allant de 100 à 2.000 euros. Mais certaines personnes préfèrent utiliser une technique alternative pour se laver le postérieur, toujours basé sur le jet d’eau.

J’en ai par exemple discuté avec Véronic-Ting, un jeune doctorant chinois qui vit à Paris et qui a des habitudes hygiéniques différentes de la plupart des Français. En Chine, où il a grandi, il a toujours connu des salles de bain où se trouvaient les toilettes et utilisait la douche comme alternative au papier toilette. En arrivant en France, lorsqu’il a cherché un appartement, il voulait à tout prix bénéficier du même schéma spatial, quitte à s’organiser un peu, comme il nous l’a expliqué par email:

«Ce que je fais, c’est que j’installe un tuyau avec un pommeau de douche “suffisamment long” jusqu’à ma chasse d’eau, et je colle le pommeau de douche sur mon dos vers mes fesses pour que l’eau ne parte pas partout quand j’active le levier pour avoir de l’eau. [...] Après mes besoins, je fais couler l’eau pour rincer mes fesses et mon anus, je les lave [sans savon], j’arrête l’eau, et je m’essuie avec une serviette. Quand c’est le matin, je prends ma douche tout de suite après.»

Pour le jeune homme, les avantages sur le papier toilette sont impressionnants, à tel point qu’un certain nombre de ses proches font pareil. «On a un cul toujours propre! s’exclame-t-il. Pas besoin de papier ou de frotter la peau de l’anus. C’est très doux, confortable et agréable à utiliser.» En revanche, il avoue qu’il a besoin d’une infrastructure assez précise, surtout quand il part chez des amis ou en vacances, et qu’il y a un risque d’inonder la salle de bain avec le jet d’eau. De plus, l’importante consommation d’eau via la douche, en plus de la chasse d’eau, est loin d’être écologique.

Mais il y a plus embêtant: le principe du jet d’eau présente un risque sanitaire. Le médecin Stéphane Gayet, également infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg, a expliqué à Slate.fr qu’il existe un problème bactériologique:

«Le principe est intéressant, mais il y a une diffusion de micro-gouttelettes dans l’air, ce qui favorise la dispersion des bactéries. À moins d’accepter d’avoir ses toilettes en plein air, il faudrait les nettoyer en permanence pour limiter les risques. [...] Après tout, la matière fécale est la chose qui connaît la plus grande concentration de bactéries au monde.»

Les lingettes pour bébé, toujours une mauvaise idée

Autre possibilité pour éviter d’utiliser du papier toilette, également assez répandue en France: les lingettes pour bébé. Plus qu’une volonté de retomber en enfance, ces produits ont le mérite de mieux nettoyer les fesses, de sentir bon et d’être transportables partout. En revanche, elles coûtent plus cher que le papier toilette. L’avantage écologique est tout aussi nuancé, parce qu’elles contiennent un certain nombre de produits chimiques potentiellement dangereux pour la nature et notre santé, notamment le phénoxyéthanol contenu dans de nombreux produits de grandes marques, comme l’expliquait 60 millions de consommateurs l’année dernière.

C’est ici qu’interviennent à nouveau les Japonais, décidément experts dans l’art de la propreté intime, pour proposer un compromis à la fois économique, écologique et moins bactériologique: la lingette en coton qui se nettoie et se réutilise, un peu comme celle qu’on vous donne dans les restaurants en fin de repas. «C’est une alternative convenable, d’autant plus qu’elle procure une sensation de chaleur agréable pour l’anus. Mais cela ne correspond pas à notre culture, note Stéphane Gayet. Il faudrait pouvoir stocker les tissus sales, les mettre à la machine à laver avec des mains gantées…» Une solution qui nécessite donc une grosse consommation en eau et en électricité, mais aussi de prendre sur soi pour surmonter son dégoût et manipuler les tissus sales.

D’autres solutions sont envisageables, comme le désuet bidet, mais, selon le spécialiste, que ce soit d’un point de vue culturel, économique ou écologique, le papier toilette reste malheureusement «le meilleur compromis possible» pour notre société, à la fois parce qu’il est doux, relativement peu cher mais aussi et surtout parce qu’il évite les micro-fissures lors des frottements et les dispersions bactériennes.

Partager cet article