Partager cet article

Le fromage est aussi addictif que la drogue

Cheese, photo Flickr CC par Jules Morgan

Cheese, photo Flickr CC par Jules Morgan

Selon une étude récente de l’Université du Michigan, l’addiction au fromage est une réalité comparable à celle aux drogues, au tabac, à l’alcool.

Il ne s’agit pas vraiment d’une surprise tant ceux qui aiment le fromage ne peuvent tout simplement pas résister à l’envie de finir le morceau ou pire le plateau devant leurs yeux. Il s’agit d’une addiction qui parfois tourne à l’obsession. Il suffit de constater la déception quand à la fin du repas... il n’y a pas de fromage. Pour la première fois, la science confirme le rapport passionnel que certains d'entre nous ont avec le fromage. Selon une étude récente de l’Université du Michigan, l’addiction au fromage est une réalité comparable à celle aux drogues, au tabac, à l’alcool. Seule différence, elle est moins nocive, même si elle ne fait pas du bien à notre système cardio-vasculaire.

L’étude, publiée par la U.S. National Library of Medicine, montre pourquoi certains types de nourriture deviennent addictifs et pas d’autres et quels sont les mécanismes chimiques et biologiques derrière cette dépendance.

L’étude a été réalisée à partir des comportements alimentaires de 500 étudiants. Il en ressort que l’aliment qui les rend le plus dépendant est la pizza. Pourquoi? Parce qu’elle contient beaucoup de fromage…

L’addiction alimentaire est notamment la conséquence de comportements inscrits dans nos gènes et qui pendant des dizaines de milliers d’années et pour des raisons de survie nous ont fait préférer, par exemple, les aliments comprenant des quantités importantes de graisses d’origine animale. Le fromage est d’autant plus addictif expliquent les chercheurs de l’Université du Michigan qu’il comprend une protéine que l’on trouve dans tous les produits laitiers, la caséine. Pendant la digestion, la caséine a un effet sur notre organisme comparable à celui des opiacés via un composant chimique appelé casomorphine. Or la caractéristique du fromage est d’être un concentré de lait et de contenir une quantité importante de caséine.

L’agence européenne de protection alimentaire a d’ores et déjà menée une étude sur les effets sur la santé des casomorphines. Cette étude n’est pas conclusive. La question sans réponse reste notamment de savoir si une quantité importante de casomorphines traverse la paroi intestinale pendant la digestion se répand dans le système sanguin et parvient ainsi au cerveau.

Donc pas de panique pour le moment. Mais le fromage est vraiment une drogue… vous êtes prévenus.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte