Partager cet article

L’accélérateur de particules de Genève va révéler des univers parallèles

The London Eye à Londres  Stefan Wermuth / Reuters

The London Eye à Londres Stefan Wermuth / Reuters

Le CERN va tenter de créer des mini trous noirs et de démontrer ainsi l’existence d’univers parallèles se situant dans d’autres dimensions.

L’accélérateur du particule du CERN (LHC), basé près de Genève, s’apprête à nouveau à révolutionner la science et notre compréhension de l’univers. Après avoir démontré l’existence de la «particule de Dieu», le fameux Boson de Higgs, chaînon manquant de la naissance de l’univers, il va tenter à partir du 26 octobre en utilisant des quantités d’énergie considérables de créer des mini trous noirs et de démontrer ainsi l’existence d’univers parallèles se situant dans d’autres dimensions.

Si l’existence de nouveaux univers était ainsi prouvée, non seulement il faudrait réécrire tous les manuels de physique mais aussi les livres de philosophie et même de croyances religieuses. Il est même possible, selon les scientifiques du CERN, que la gravité de notre propre univers «fuit» dans cet univers parallèle. 

«Comme plusieurs feuilles de papier l’une sur l’autre, qui ne sont que des objets en deux dimensions qui peuvent exister dans une troisième, la hauteur, les univers parallèles peuvent aussi exister dans des dimensions plus élevées», explique Mir Faizal, l’un des trois physiciens qui dirigent l’expérience.

«Quand les personnes pensent à un multivers, ils pensent à de multiples interprétations de la mécanique quantique et d’univers où chacune de ses possibilités se réalise. Cela ne peut pas être vérifié par la science et cela tient plus de la philosophie. Ce n’est pas ce que nous décrivons quand nous parlons d’univers parallèles. Ce dont nous parlons ce sont des univers réels dans des dimensions supplémentaires», ajoute-t-il.

Si la gravité peut passer de notre univers dans de nouvelles dimensions alors leur existence est prouvée. Le CERN pense pouvoir détecter cette fuite de gravité en créant des mini trous noirs qui seraient un pont avec d’autres dimensions. C’est la mise en application d’une nouvelle théorie scientifique dite «gravity rainbow».

Pour y parvenir l’accélérateur de particules va utiliser une puissance énergétique considérable. Quand il fonctionne l’énergie utilisée par le LHC se mesure en Tera électron volts (TeV), soit mille milliards d’électron volts. Jusqu’à aujourd’hui le LHC a tenté de créer des mini trou noirs à des niveaux d’énergie inférieurs à 5,3 TeV. Le dernier modèle montre que c’est trop faible et que les trous noirs se formeront à 9,5 TeV pour six dimensions et 11,9 TeV pour dix dimensions.

L’expérience devrait provoquer des réactions de ceux qui dénoncent les dangers de l’accélérateurs de particules et qui estiment qu’il pourrait précipiter la fin de notre univers en créant un vrai trou noir dans lequel nous serions aspirés…  

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte