Partager cet article

A cause d'une coquille, une bible du 17eme siècle encourage l'adultère

Bible Savio Sebastian via Flickr CC License by

Bible Savio Sebastian via Flickr CC License by

«Tu ne tueras point» et...«tu commettras l'adultère». Environ mille bibles publiées en 1631 contenaient cette coquille de taille, qui change complètement le sens du septième commandement.

La grande majorité de ces bibles, désormais connues sous le nom de «bible perverse» ou «bible des pécheurs», ont été détruites, mais il en reste environ dix, dont une qui sera mise aux enchères par Bonhams à Londres le 11 novembre prochain. La fourchette de prix de départ va de quatorze mille à vingt mille euros.

L'erreur typographique, qui n'avait été découverte qu'une année plus tard, a coûté cher à l'imprimeur du livre, Robert Barker. Il a été convoqué par le roi Charles 1er et dû payer une amende de trois cent livres, à l'époque environ l'équivalent d'un an de salaire. Sa licence d'imprimeurs a été révoquée et sa réputation détruite. Criblé de dettes, il a passé plusieurs années en prison, où il est mort en 1645.

A travers les siècles, il y a eu de nombreuses spéculations quant aux raisons de cette coquille. 

«Au départ, on pensait qu'il s'agissait d'une erreur que personne n'avait détecté, mais ça me paraît assez peu probable. Si vous vérifiez dix choses, vous allez forcément vérifier cette page» explique Simon Roberts, un spécialiste chez Bonhams.

Dans son livre sur la bible du roi Jacques, Gordon Campbell a en effet suggéré qu'il pourrait s'agir d'une tentative de sabotage venant de Bonham Norton, un rival de Robert Barker .

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte