Partager cet article

Des élus de gauche, PS compris, appellent Hollande à autoriser la PMA pour les couples de femmes

La préparation d'une insémination artificielle à Rome, en juin 2005 | REUTERS/Alessandro Bianchi.

La préparation d'une insémination artificielle à Rome, en juin 2005 | REUTERS/Alessandro Bianchi.

Le président s’était engagé pendant sa campagne à ouvrir la PMA aux couples de femmes. Des élus lui rappellent cette promesse maintes fois repoussée.

«Moi, élu-e de la République française, je vous appelle à légiférer sans délai sur l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes»: c’est ainsi que commence cette tribune co-signée par une quinzaine d’élus de gauche, du PCF au PS en passant par des écologistes et des membres du Parti de gauche, et lancée par l’Inter-LGBT à l’occasion d’une semaine d’actions organisées autour du sujet par les associations.

Parmi les signataires du texte disponible en ligne, on retrouve l’ex-patronne des écolos Cécile Duflot, le député européen Jean-Luc Mélenchon ou encore le premier adjoint à la mairie de Paris, Bruno Julliard. Quatre élus du Parti socialiste ont apposé leur nom au texte, qui devrait être remis en janvier 2016 avec l’ensemble des signatures, alors que le président de la République n’a toujours pas donné sa réponse définitive sur le sujet.

L'avis du CCNE repoussé quatre fois

François Hollande, qui s’était engagé pendant la campagne présidentielle à ouvrir la PMA aux couples de femmes, a depuis maintes fois repoussé cette décision, de peur de jeter à nouveau dans la rue le million de personnes qui a manifesté contre le mariage pour tous. 

Le président a confié, pour justifier cette attente, une mission au Comité national d’éthique (CCNE), qui a d’abord affirmé qu’il rendrait son avis en début d'année 2014, puis au printemps 2015, puis fin 2015, et enfin, dernièrement, au printemps 2016. «Nous n’avancerons pas plus loin sur cette question tant que nous n’aurons pas l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE)», avait mis en garde le Premier ministre Manuel Valls  il y a un an. Jean-Claude Ameisen, le président du CCNE, a indiqué lundi 19 octobre que le comité était «en train d’y réfléchir et rendra un avis dans les mois qui viennent». 

«L’ouverture de la PMA à toutes les femmes est à la fois une urgence sanitaire et sociale et une question des droits des femmes à disposer de leur corps pour elles-mêmes», commente l’Inter-LGBT dans un communiqué qui accompagne la pétition.

La PMA est revenue récemment dans le débat après des déclarations de Christiane Taubira, qui a affirmé qu'il s'agissait d'une «revendication légitime». «Il faut que le milieu politique –et je m'y inclus– ait le courage de livrer cette bataille», a-t-elle ajouté.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte