Partager cet article

Joe Biden n'avait pas le choix: il était déjà perdant contre Hillary Clinton

Le vice-président américain a annoncé ce mercredi 21 octobre qu'il ne briguerait pas une investiture à la Maison Blanche.

Le vice-président américain Joe Biden a annoncé mercredi 21 octobre qu'il ne se présenterait pas aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2016, évoquant notamment des difficultés familiales liées à la mort de son fils en mai dernier. Mais bien qu'il ait présenté sa décision comme un choix personnel, plusieurs éditorialistes politiques affirment que Biden n'avait en fait pas d'autre option viable: il avait déjà perdu les «primaires invisibles» contre Hillary Clinton.

Dans le New York Times, Nate Cohn explique que, ces derniers mois, Hillary Clinton et son équipe ont tellement dominé la campagne que tous les potentiels opposants ont été dissuadés de se présenter, y compris Biden. En effet, au-delà des débats et des discours, il y a, en coulisses, une bataille d'influence déterminée par les donateurs et les personnes influentes du parti. À ce jeu, Clinton gagne haut la main: elle a une équipe hyper structurée qui prépare sa victoire depuis plusieurs années déjà.

Cet été, Biden avait tâté le terrain et s'était rendu compte que les décideurs du parti démocrates avaient déjà fait le choix d'Hillary Clinton. Juste quelques mois après la réelection de Barack Obama en 2012, des militants du parti démocrate avaient lancé le groupe «Ready for Hillary», pour encourager l'ancienne première dame à se présenter, rappelle Perry Bacon Jr. sur NBC.com. 

Sanders un peu plus isolé

Dès 2013 et 2014, plusieurs représentants démocrates et organisations progressistes avaient aussi annoncé leur soutien pour Clinton. Ces six derniers mois, les donateurs démocrates ont injecté 75 millions de dollars dans la campagne, et deux conseillers principaux d'Obama –John Podesta et Jennifer Palmieri– ont quitté la Maison Blanche pour se consacrer à la campagne d'Hillary.

Cette organisation béton fait qu'il était très difficile pour d'autres candidats d'émerger. L'ancienne Secrétaire d'Etat devrait d'ailleurs bientôt bénéficier de la décision de Biden de se retirer, dans la mesure où tous les supporters du vice-président ont indiqué que Clinton serait leur second choix, et pas Bernie Sanders qui est plus à gauche. Cela fait d'Hillary Clinton le choix clair du parti démocrate, une évidence, au moment où le désordre règne  toujours du côté républicain, où aucun candidat de l'establishment ne sort du lot.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte