Partager cet article

Les chantiers qui attendent Justin Trudeau, nouveau Premier ministre canadien

Trudeau, le 19 octobre (REUTERS/Chris Wattie)

Trudeau, le 19 octobre (REUTERS/Chris Wattie)

Le libéral de 43 ans vient de décrocher la majorité absolue avec les siens aux élections générales.

Les libéraux emmenés par Justin Trudeau ont remporté les élections générales canadiennes le 19 octobre. Ils ont surpris leur monde en constituant même une majorité absolue avec 183 sièges de parlementaires. Justin Trudeau s’apprête donc à devenir le nouveau Premier ministre de ces «quelques arpents de neige» dont parlait Voltaire avec mépris. Le futur chef de gouvernement est un pur produit du libéralisme (tant philosophiquement que biologiquement car il est le fils de l’ancien Premier ministre Pierre Elliott Trudeau), comme le montre Time dans un article reprenant les grands axes du programme du jeune leader, âgé de 43 ans.

Trudeau a fait campagne autour de l’idée de pousser l’économie canadienne à accomplir davantage efforts écologiques. Au-delà, il a promis de rompre, dans un premier temps, avec l’orthodoxie budgétaire. Pour relancer un pays plongé dans une mauvaise passe économique, Trudeau promet d’injecter de nouvelles forces à l’économie, à hauteur de dix milliards de dollars par an. Les Conservateurs ont lancé des cris d’orfraies, pourtant Trudeau n’a rien d’un révolutionnaire: il souhaite un retour à l’équilibre autour de 2020.

Taxer les plus riches et légaliser le cannabis

Le prochain Premier ministre, qui succédera à Stephen Harper, va augmenter les impôts pour le pourcent le plus fortuné du Canada. Les contribuables touchant plus de 200.000 dollars par an paieront 4% de taxes en plus, tandis que les classes moyennes (les foyers percevant entre 44.000 et 89.000 à l’année) devront verser 1,5% d’impôt en moins.

Décidément très vert, Trudeau souhaite également légaliser le cannabis dont il estime que l’illégalité coûte trop d’argent, selon lui sans raison, à l’État en procédures judiciaires.

Volontiers torse nu

Trudeau souhaite aussi impliquer le Canada plus avant dans l’accueil des migrants venus du Moyen-Orient. Il veut ouvrir donner asile à 25.000 réfugiés immédiatement alors que son rival et prédécesseur, Stephen Harper, plus circonspect, désirait limiter ces intégrations à 10.000, réparties sur quatre ans. L’approche multiculturaliste amène aussi Justin Trudeau à proposer le retrait de la loi interdisant le port du niqab dans les cérémonies civiques. Enfin, l’ambitieux Trudeau compte réformer en profondeur le système électoral et passer d’une élection au scrutin majoritaire au suffrage proportionnel.

Certains titres ont, eux, choisi d’examiner «la promesse Trudeau» par le petit bout de la lorgnette. The Independent est du nombre, qui s’émerveille de ce nouveau dirigeant n’hésitant pas à apparaître torse nu de temps à autre. Apparemment, à ce petit jeu-là non plus Stephen Harper n’a pas pu lutter. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte