Partager cet article

La communication très libre de Nicolas Anelka est en réalité très contrôlée

London - Stamford Bridge - Chelsea vs Bolton Wanderers Nicolas Anelka & Stuart Holden Andrea Sartorati via Flickr CC License by

London - Stamford Bridge - Chelsea vs Bolton Wanderers Nicolas Anelka & Stuart Holden Andrea Sartorati via Flickr CC License by

Le joueur de foot âgé de 36 ans a certes un timing médiatique décalé, mais ses sorties sont très maîtrisées. Le 17 octobre, il accusait de racisme son ancien entraîneur Gérard Houiller qui vient tout juste de publier un livre.

On entend peu Nicolas Anelka. Tout au long de sa carrière, l'ancien joueur d'Arsenal, du Real Madrid, du PSG et de Chelsea a accordé des interviews au compte-gouttes, s'isolant parfois trop et donnant l'image d'un joueur qui refuse de communiquer avec le monde extérieur.

Dans le premier numéro d'All Eyez On Me, un nouveau magazine dédié au sport et à la pop culture, Nicolas Zeisler l'évoque dans une lettre ouverte destinée à celui qui aurait dû être l'un des tout meilleurs attaquants de l'histoire de l'équipe de France:

«La communication, ça n'a jamais été ta tasse de thé. À l'heure où tout le monde raconte tout et surtout n'importe quoi dès qu'un micro se tend, t'as fait un vœu de silence bien encombrant.»

Accusations de racisme

Autant dire qu'on a été un peu surpris ces derniers jours quand on l'a vu démentir en vidéo sur YouTube le rachat d'un club de foot belge, puis deux semaines plus tard, répondre à Gérard Houllier, après la sortie du livre du sélectionneur français où il explique, comme le raconte SoFoot, «que les frères Anelka voulaient vendre leur Nicolas, alors en prêt à Liverpool, au plus offrant». Il accuse également l'ancien entraîneur de Liverpool de racisme:

«Que s'est-il passé quand tu étais à Liverpool et que tous les joueurs anglais et étrangers voulaient resigner? Tu les as fait resigner avec réévaluation de salaire sur leur contrat. Que s'est-il passé quand les gens de couleur noire, comme moi, sont venus dans le bureau? Qu'est-ce que tu as dit? Tu l'as pas marqué ça. Tes mots: “Nan, vous, les Noirs, quand on vous donne de l'argent, vous foutez plus rien. Ce sont tes mots, Gérard. Tu veux parler sur moi, alors que je suis tranquille à l'autre bout de la Terre. Bah voilà. Ça va retomber sur toi cette connerie. Tant pis pour toi.»

De son côté, le directeur mondial football du groupe Red Bull a «formellement démenti» ces propos et réfléchit à y donner des suites judiciaires.

 

Une communication décalée

Ce n'est pas la première fois que le joueur choisit de passer par ses propres canaux pour démentir des propos et donner sa version des faits. En avril 2014, il avait publié une vidéo sur Facebook où on pouvait l'entendre expliquer qu'il ne s'était pas engagé avec le club brésilien de l'Atletico Mineiro, contrairement à ce qu'annonçaient de nombreux journaux:

 


À l'époque, Eurosport s'était interrogé sur le timing de cette réponse:

«Ce qui est étonnant dans cette communication, c’est le décalage. Du jamais vu dans le football. Pourquoi Anelka n’a-t-il pas publié son message le jour même, en démentant clairement tout contact avec le club de Belo Horizonte ou son refus de la proposition? Pourquoi avoir attendu plus d’une semaine d’être sous le feu des critiques brésiliennes car il n’est finalement jamais arrivé ? Anelka a-t-il voulu se protéger avec cette vidéo? C’est en tout cas une page à ajouter au grand dossier de sa communication, décidemment pas comme les autres.»

Journalistes triés sur le volet

Effectivement, la communication de Nicolas Anelka a toujours semblé assez mystérieuse. Le joueur se confie peu, et à quelques journalistes triés sur le volet. Parmi ceux-ci, on trouve notamment Arnaud Ramsay, ancien rédacteur en chef à France Soir, chargé des sports, et dont Football.fr critiquait en novembre 2014 la proximité avec le joueur:

«Vous remarquerez, si ce n'est pas déjà fait, que la plupart des interviews de l'ancien Parisien sont signées du nom du premier –qui est aussi accessoirement son biographe. Parce que Nicolas Anelka est une star du football et qu'il n'a plus confiance qu'en une seule personne dans le monde véreux des journalistes: Arnaud Ramsay. Alors les deux hommes vendent sa parole aux plus offrants. Car ce ne sont souvent pas les journalistes qui vont les chercher, mais bien eux qui font la pluie et le beau temps et proposent la majeure partie du temps leur plan de communication à quiconque l'acceptera.»

Nicolas Anelka a-t-il donc changé et choisi de réagir individuellement et librement plutôt que d'imposer ses conditions, ses journalistes et son agenda médiatique? En fait, tout n'est pas si simple.

Le nouvel homme de confiance

Les deux vidéos ont été publiées sur le compte d'un certain Franck Nataf. Dans une interview accordée à Football Mag, en octobre 2012, Arnaud Ramsay avait évoqué ce photographe et caméraman «qui connait très bien Nicolas Anelka». C'est d'ailleurs lui qui avait signé les photos de son entretien avec le journaliste sportif en Chine, en 2012, ou de sa marque de vêtement 39Pro, que l'on peut voir ici, ou ici.

On peut donc légitimement penser que s'il a mis en ligne les vidéos, le photographe a pu aussi participer de très prêt à leur réalisation, malgré leur aspect très «artisanal». L'attaquant français est donc loin d'avoir fait un virage à 180° au niveau de sa communication et de s'exprimer publiquement sur un coup de tête. Il continue par passer par ceux en qui il a confiance.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte