Égalités / Monde

L'homme qui pleurait les défauts de sa femme effacés par photoshop

Temps de lecture : 2 min

Une photographe spécialisée dans les séances sexy raconte sur Facebook l'émouvante lettre qu'elle a reçue d'un mari déçu.

Capture d'écran Facebook
Capture d'écran Facebook

Sa femme voulait lui faire plaisir et bien c'était raté. Le Washington Post raconte l'histoire d'un texan dépité de recevoir à noël dernier un album d'une trentaine de photos sexy de son épouse. Non pas que l'idée était mauvaise. Les photos étaient juste tellement photoshopées qu'il n'y reconnaissait plus celle qui partageait sa vie.

L'épouse avait, en effet, demandé à Victoria Halton, une photographe spécialisée, d'effacer chaque petite imperfection apparente sur la séance qu'elles avaient faite ensemble dans une chambre d'hôtel de San Antonio. Une métamorphose qui n'était pas du goût du mari qui écrivit à la professionnelle:

«Vous avez fait disparaître chacun de ses “défauts”… et même si je suis persuadé que c'est exactement ce qu'elle vous a demandé, tout ce qui a fait notre vie a été rayé d'un trait. En effaçant ses vergetures, vous effacez le fait qu'on a eu des enfants ensemble. En effaçant ses rides, vous effacez les deux décennies de rires qu'on a partagées, et de soucis. En effaçant sa cellulite, vous effacez son amour de la cuisine et toutes ces bonnes choses qu'on a mangées au fil des années.»

Photoshop et le piège de la haine de soi

Hantée par cette histoire qui la fait parfois pleurer, la photographe a posté un long message Facebook en début de semaine passée dans lequel elle reproduit notamment le courrier du mari. Ce dernier finit par la remercier de lui avoir ouvert les yeux sur une réalité qui lui avait échappée. Sa femme pensait sincèrement qu'il serait plus heureux de la voir sans ses imperfections. «Voir ces photos m'a fait réaliser que je ne disais pas assez à mon épouse à quel point je l'aime et je l'adore comme elle est», ajoute-t-il.

Tonight I want to tell you ladies about a time I messed up really badly. It was back when I first started boudoir, and...

Posté par Victoria Caroline Boudoir sur lundi 12 octobre 2015


D'après une étude de 2012 citée par le Washington Post, 80% des Américaines ne sont pas contentes de leur apparence physique.

«Ce que la plupart des gens ne réalisent pas, écrit la chercheuse Carolyn Ross, c'est que la majorité des photos que l'on voit dans les magazines sont retouchées. Ressembler aux femmes qu'on nous donne pour modèle est physiquement impossible. C'est un piège qui mène à la haine de soi.»

Newsletters

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Avec leur compagnon désormais à la maison, les femmes auraient pu espérer que leurs surcharges mentale et domestique s'allégeraient. C'est l'inverse qui semble se produire.

Le confinement, «une séquestration légale» pour les femmes victimes de violences conjugales

Le confinement, «une séquestration légale» pour les femmes victimes de violences conjugales

Les associations sont en alerte pour aider ces femmes dont le foyer était déjà un espace dangereux, pour elles et leurs enfants.

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

[TRIBUNE] Comme tes films légers se sont transformés en projets ambitieux, ça coince. Tu réalises un téléfilm sur un sujet féminin, sans politique ni métaphysique, c'est ce qu'on attend de toi.

Newsletters