Tech & internet

Amazon veut lever l'anonymat de 1.114 «faux» commentateurs de son site

Temps de lecture : 2 min

L'entreprise les accuse de se faire rémunérer pour poster des appréciations pour le compte d'un tiers.

Capture d'écran du site Fiverr.
Capture d'écran du site Fiverr.

Pour Amazon, il y va de la confiance que les internautes placent dans son site. Un commentaire élogieux pour un produit qui ne le mérite pas et c'est toute la crédibilité du système de recommendations qui vacille. L'entreprise américaine a donc déposé plainte ce vendredi 16 octobre contre plus de 1.000 internautes non-identifiés accusés de se faire rémunérer pour laisser des messages sur le site de vente en ligne, comme le rapporte le site GeekWire.

En avril, le géant américain avait déjà déposé une première plainte visant des sites proposant la vente de commentaires comme buyamazonreviews.com ou buyreviewsnow.com. Cette fois, Amazon va plus loin en s'attaquant directement aux personnes qui se prêtent, sous couvert d'anonymat, à ce petit jeu délectueux via la plateforme Fiverr.com qui elle même n'est pas mise en cause.

«Amazon a décidé de se lancer dans cette action judiciaire pour stopper les accusés et éradiquer l'écosystème auxquels il participe, écrit le géant de la vente en ligne dans sa plainte. Bien qu'il ait demandé avec succès à Fiverr de supprimer de telles offres par le passé, cette simple riposte ne suffit pas à s'attaquer aux racines du problème ou à dissuader ces acteurs malintentionnés qui se font rémunérer pour poster de faux commentaires sur les produits.»

Un faux commentaire à cinq étoiles se factuerait au moins 5 dollars (4 euros) sur Fiverr.

Comme le souligne le site britannique The Sunday Times, c'est la première fois qu'une société attaque en justice autant de ses propres commentateurs. La plainte pourrait en tout cas, si elle aboutit, avoir des implications sur la question de l'anonymat et la modération des sites de e-commerce, ajoute la publication.

Newsletters

 Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Influencés par les récits et photos idylliques de connaissances installées en Europe, des milliers de jeunes Maghrébins prennent chaque année le risque de l'émigration, parfois au péril de leur vie.

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Si le Covid-19 vous angoisse, il est peut-être temps de vous créer un compte.

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

La société éditrice du jeu vient d'annoncer qu'elle allait modifier temporairement certaines règles afin de limiter au maximum les déplacements de ses utilisateurs et utilisatrices.

Newsletters