Santé / Sciences

Non, la taille ne compte pas. Celle du cerveau, du moins...

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle étude s'intéresse au rapport entre les paramètres physiques du cerveau et notre intelligence.

Cerveau | A health blog via Flickr CC License by CC
Cerveau | A health blog via Flickr CC License by CC

Voilà cent cinquante ans que l'on fait l'association entre l'intelligence et la taille du cerveau. Il était donc temps que les scientifiques se penchent un peu plus sérieusement sur la question. Surtout qu'à en croire les travaux combinés de chercheurs autrichiens, hollandais et allemands qui ont épluché 88 études impliquant 8.000 personnes, on n'avait tout faux.

«Bien qu'une faible corrélation puisse exister entre les deux, dans les faits, le volume du cerveau n'a en réalité que peu d'incidence sur l'intelligence», confie à Neuroscience & Biobehavioral Reviews Jakob Pietschnig de l'université de Vienne.

Structure et intégrité

Ainsi, si les hommes ont tendance à avoir un cerveau plus volumineux que les femmes, ils n'obtiennent pas de meilleurs résultats aux tests de QI, rappelle le site Newser qui s'est intéressé au sujet.

«La structure du cerveau et son intégrité ont une influence bien plus primordiale sur notre intelligence, ajoute Jakob Pietschnig. Le volume n'est qu'une des variables aléatoires de nos mécanismes cognitifs.»

Newsletters

Comment la Chine gère la crise sanitaire liée au coronavirus

Comment la Chine gère la crise sanitaire liée au coronavirus

Le premier réflexe des autorités a été de cacher l'apparition de ce mal qui ne portait pas encore le nom de coronavirus. Le pouvoir est désormais mobilisé au maximum et veut le faire savoir.

En ville, les Britanniques ont 25 fois plus de risques de mourir de la pollution que d'un accident de la route

En ville, les Britanniques ont 25 fois plus de risques de mourir de la pollution que d'un accident de la route

Le problème est également de taille en France, où l'on dénombre 48.000 morts prématurées par an dues à la pollution.

«J'ai encore du mal à imaginer l'avoir perdu une seconde fois»

«J'ai encore du mal à imaginer l'avoir perdu une seconde fois»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Dominique, une sexagénaire qui a déchanté après avoir été si heureuse d'avoir retrouvé son amour de jeunesse.

Newsletters