Partager cet article

La Corée du Nord a-t-elle vraiment organisé une fête à deux milliards de dollars?

Pyongyang, le 12 octobre dernier (REUTERS/KCNA)

Pyongyang, le 12 octobre dernier (REUTERS/KCNA)

Les célébrations du 70e anniversaire du Parti unique qui se tenues la semaine dernière feraient partie des plus fastes de l'histoire du régime.

Ce samedi, vous préferiez rester tranquillement sous la couette toute la soirée mais vous avez peur, du coup, de rater la fête de l'année. Pas d'inquiétude. Celle-ci a déjà eu lieu. C'était la semaine passée en Corée du Nord. À Pyongyang.

Pour fêter le 70e anniversaire de la création du Parti unique, Kim Jong-Un avait vu les choses en grand. Très grand même puisque certaines estimations avancées par The Daily NK, basé à Séoul, chiffrent le budget de l'événement à deux milliards de dollars. On y a notamment vu de beaux feux d'artifice, une gigantesque parade militaire avec chars, drones et missile.

Le Monde expliquait le 10 octobre dernier que le défilé s'annonçait comme un des «plus grands de l’histoire nord-coréenne».

«D’après les chercheurs de l’Institut américano-coréen de l’université John Hopkins, les images satellite confirment qu'un terrain d’entraînement aux défilés, dans l’est de Pyongyang, qui compte même une reproduction de la place Kim Il-Sung, fourmillait de 700 camions, 200 véhicules blindés, 800 tentes, de militaires et de chevaux, d’après des images datées du 6 octobre», précisait le quotidien.


Un PIB de 30 milliards de dollars

Kim Jong-Un n'a donc pas fait les choses à moitié. Mais quelle crédibilité donner à l'estimation de 2 milliards de dollars, «de quoi nourrir une population nord-coréenne très appauvrie pendant vingt ans», explique The Daily NK?

Selon le Washington Post, si The Daily NK est clairement opposé au régime de Pyongyang, ses informations sont, en général, considérées comme crédibles et sérieuses, nourries par de nombreux transfuges passés en Corée du Sud.

Toutefois, ramenée à un PIB de 30 milliards de dollars par année, la somme semble exagérée, écrit le quotidien américain. Surtout que pour cette démonstration de force visant à renforcer sa légitimité, le dictateur pouvait compter sur quelques coups de main généreusement «offerts» au régime:

«L'organisation de parade demande un gros effort de logistique, mais les étudiants de l'Union de la jeunesse socialiste Kim Il Sung ne sont pas payés, par exemple, pour porter leurs torches. Ils n'ont pas non plus besoin d'une tenue spéciale pour accomplir cette routine», note Adam Cathcart, un spécialiste de l'histoire de la Chine à l'université de Leeds.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte