Partager cet article

En Chine, une exposition de la Grande Charte censurée par le gouvernement

Un original de la Grande Charte exposé à Washington (REUTERS/Jonathan Ernst )

Un original de la Grande Charte exposé à Washington (REUTERS/Jonathan Ernst )

Le parchemin rédigé en 1215 qui garantit le droit à la liberté individuelle contre l'arbitraire royal anglais est en tournée discrète en Chine.

Une copie de la Grande Charte, un parchemin rédigé en 1215 qui garantit le droit à la liberté individuelle contre l'arbitraire royal, devait être exposée à la Renmin University de Pékin cette semaine. Mais à la dernière minute, l'exposition a été transférée à la résidence de l'ambassadeur britannique, avec peu de tickets disponibles pour le public.

Aucune explication n'a été donnée pour ce revirement, mais le New York Times note qu'en tant que fondation de la démocratie constitutionnelle, la Magna Carta constitue une menace au système chinois de parti unique.

Recherches bloquées sur le Twitter chinois

En 2013, le parti avait identifié sept thèmes, considérés comme tabous, dont la démocratie occidentale constitutionnelle, les droits des citoyens et les valeurs universelles. Sur Sina Weibo, le Twitter chinois, les recherches de Magna Carta étaient bloquées cette semaine et menaient au message: «Conformément aux lois et régulations pertinentes, les recherches pour Magna Carta ne peuvent être affichées.»

Officiellement, l'ambassade de Grande-Bretagne a expliqué que le parchemin avait été transféré pour des raisons «administratives et logistiques», mais de nombreux observateurs ne croient pas à cette excuse.

Sur Twitter, certains ont noté que cet épisode prouvait la force subversive de ce parchemin médiéval:


C'est assez formidable de voir qu'un document vieux de huit cent ans peut faire peur à un régime répressif.

Le risque étudiant

Interviewé par le New York Times le dissident chinois Hu Jia a dit qu'il n'était pas du tout surpris par cette décision dans la mesure où Renmin University a des liens très étroits avec le centre de formation du Parti communiste. Selon lui, les leaders chinois ont «peur qu'une telle idéologie et matériaux historiques n'influencent trop les étudiants.»

Pour commémorer les huit cent ans de la Magna Carta, le document est en tournée en Chine dans plusieurs villes, et après Pékin, le parchemin devrait être exposé à Shanghai et Canton.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte