Sciences

Les clichés de ce prix de la photo microscopique sont fascinants

Temps de lecture : 2 min

Tout autour de nous, il existe des milliards de merveilles que nos yeux ne pourraient pas voir si ce concours n'existait pas.

Un œil d'abeille, pris en photo par Ralph Claus Grimm, gagnant du concours Nikon’s Small World
Un œil d'abeille, pris en photo par Ralph Claus Grimm, gagnant du concours Nikon’s Small World

Quand on parle de prix récompensant des photos, on pense soit à des clichés montrant la nature dans tous ses états, soit à des drames particulièrement terribles. Mais un autre concours dont on parle moins souvent, et que Reader a repéré sur le site The Atlantic, met en lumière l'imperceptible, l’infiniment petit.

Depuis quarante-et-un ans, le prix Nikon’s Small World récompense «la beauté et la complexité de la vie vue au travers d’un microscope» et s’adresse à n’importe qui, passionnés de photographie, scientifiques ou amateurs. The Atlantic explique de son côté que «plus de 2.000 photos ont été reçues de 83 pays cette année».

Zoom zoom zoom

Et quand la définition de l’image est aussi précise que pour ce concours, on trouve des merveilles. Des vers marins vus en zoom x30 aux tentacules de plantes carnivores en passant par le bourgeon d’un nénuphar, chaque cliché nous fait redécouvrir le monde qui nous entoure.

Cette année, le gagnant a pris une photo exceptionnelle, disons-le franchement, qui lui a permis de se distinguer des autres candidats. L’Australien Ralph Claus Grimm, apiculteur, a pris une photo de l’œil d’une abeille. Grâce à un zoom x120, on peut même distinguer tout le pollen qui recouvre l’insecte.

D’autres photos, toutes aussi exceptionnelles, sont disponibles sur le site de The Atlantic.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

La sonde solaire de la Nasa est parti en direction de l'étoile ce 12 août.

Newsletters