Partager cet article

Peeple ne fait qu'ouvrir le bal d'un système de notation généralisé

Des étoiles pour noter votre entourage | via Pixabay

Des étoiles pour noter votre entourage | via Pixabay

Nous ne pouvons rien faire contre la multiplication des systèmes de notation, mais nous pouvons les réguler.

L’angoisse ne fait que commencer. Même si les créatrices de Peeple –Julia Cordray et Nicole McCullough– ont reculé en donnant à leur application de notation une toute autre utilité, internet n'a pas fini de nous angoisser, selon Fusion.

Surnommée le «Yelp des gens», Peeple aurait donné la possibilité à ses utilisateurs d’attribuer des notes à leur entourage sur des critères «professionnels, personnels ou romantiques».

Finalement, seules les flatteries auront le droit de cité sur Peeple. Les deux créatrices de l’application controversée en ont décidé ainsi après avoir été victimes de ce que l’application promettait : harcèlement en ligne et critiques virulentes.

«Une bataille de gagnée», pour Fusion. Mais ce n’est rien par rapport à celle qui s’annonce en Chine.

Un phénomène inévitable

Pour limiter les crédits non remboursés, la Banque centrale chinoise a autorisé plusieurs entreprises numériques, dont le site de commerce Alibaba et la société d’investissement Tencent, à créer un système de notation de la population d’ici 2020.

Ces entreprises se baseront sur «les finances des citoyens, mais aussi sur leur profil sur les réseaux sociaux, [...] et même sur leur temps passé au téléphone», selon le Financial Times. 

«Un projet dystopique quasiment condamné à l’unanimité», souligne Fusion : de l’Union américaine pour les libertés civiles à l’écrivain de science-fiction Charlie Stross.

Mais nous ne sommes encore qu'au début de «l'ère de la note».

«Les réactions contre ces systèmes reflètent à quel point l’utilisation de nos données et de nos profils nous rendent paranoïaques. [...] Nous vivons dans un monde où nous serons fichés, qu’on le veuille ou non. [...] Nous pouvons nous affoler [à chaque nouvelle tentative de nous ficher], et peut-être faire reculer certains projets, mais le phénomène est inévitable… À moins que les instances gouvernementales décident de faire passer des lois qui nous permettraient de savoir quand ces profils sont utilisés contre nous et qui nous donneraient la possibilité de les corriger, quand ils sont faux.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte