Partager cet article

Que se passe-t-il si un match de la Coupe du monde de rugby se finit à égalité?

Morgan Parra tente une pénalité face à l'Irlande, le 11 octobre 2015. Reuters / Rebecca Naden Livepic

Morgan Parra tente une pénalité face à l'Irlande, le 11 octobre 2015. Reuters / Rebecca Naden Livepic

Le scénario est rarissime, mais le règlement a tout prévu. Avec une petite pointe de perversité. Décryptage.

Ce samedi 17 octobre marque le début des quarts de finale de la Coupe du monde de rugby. Au programmedu week-end, Galles-Afrique du sud, Écosse-Australie, Irlande-Argentine et France-Nouvelle-Zélande.

Si certains semblent largement déséquilibrés, l'histoire nous a prouvé que dans ces matchs à élimination directe, il valait mieux ne pas trop s'avancer.


Le principe de la mort subite

Mais que se passerait-il si au bout des quatre-vingts minutes de match, deux sélections ne parvenaient pas à se départager? Le règlement de la compétition indique qu'il y aurait d'abord une prolongation de vingt minutes (divisée en deux périodes de dix minutes). Si jamais les deux équipes sont toujours à égalité, se déroulera une deuxième prolongation de dix minutes (divisée en deux périodes de cinq minutes). 

Histoire de rajouter un peu plus de stress sur le terrain, dans les tribunes et devant votre télé, cette deuxième prolongation sera en mort subite. En clair, l'équipe qui marquera en premier –peu importe si c'est un essai de 80 mètres ou une pénalité imaginaire– remportera le match.

Un seul précédent dans l'histoire

Et dans le cas où après cent dix minutes de match, aucune équipe n'aurait réussi à prendre le dessus sur l'autre, il y aurait une séance de tirs au but, comme cela avait été le cas lors de la demi-finale de la H Cup, entre Leicester et Cardiff, en 2009. Après avoir eu une balle de match, Cardiff s'était finalement incliné, 7 à 6 dans cet exercice.

Les cinq joueurs de chaque équipe tireront depuis trois endroits différents, tous sur la ligne des 22

Le New Zealand Herald indique par ailleurs que c'est la seule fois «qu'un tel scénario s'est déroulé dans l'histoire du rugby de très haut niveau», ce que confirme Rugby World.


Changement de position

Sauf que contrairement à 2009 où les tirs au but étaient tous frappés face aux poteaux depuis la ligne des 22, l'organisation de la Coupe du monde 2015 a décidé d'être un peu plus joueuse:

«Les cinq joueurs de chaque équipe tireront depuis trois endroits différents, tous sur la ligne des 22, de la façon suivante:

Première zone: directement en face des poteaux

Deuxième zone: sur la ligne des 15 mètres, à gauche des poteaux (quand on leur fait face)

Troisième zone: sur la ligne des 15 mètres, à droite des poteaux (quand on leur fait face).»

"RugbyPitch" by Alexander Jones - Own work. Licensed under Public Domain via Commons.

Au foot, le traumatisme allemand de 1982

Le premier tireur se positionnera donc au niveau de la première zone, puis on change... et ainsi de suite. Au bout du quatrième, on revient au début. Après le cinquième tireur, ce sera mort subite. Si un joueur la passe et que son adversaire non, le match est terminé.

Il n'y a pour l'instant jamais eu de séance de tirs au but en Coupe du monde de rugby, mais en foot, l'équipe de France avait été la première à s'y coller. C'était alors face à la RFA, lors de l'édition 1982. Après avoir mené 3-1 en prolongations, les Français s'étaient finalement inclinés de la pire des manières face à leur meilleur ennemi (6-5 aux tab).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte