Partager cet article

Un député américain veut dédier un mémorial aux fœtus avortés

Une femme tient dans sa main un faux fœtus mort à Santiago (Chili) le 23 mars 2015 lors d’une manifestation contre la légalisation de l’avortement | REUTERS/Ivan Alvarado

Une femme tient dans sa main un faux fœtus mort à Santiago (Chili) le 23 mars 2015 lors d’une manifestation contre la légalisation de l’avortement | REUTERS/Ivan Alvarado

Dans l’État conservateur du Missouri, les Républicains poursuivent avec détermination leur combat contre l'avortement.

Pour une population de 6 millions, l'État du Missouri, aux États-Unis, n'a plus qu'une seule clinique proposant des avortements, et les patientes sont régulièrement harcelées par des militants anti-IVG qui les attendent à l'entrée du bâtiment.

Dans cet État conservateur du Midwest, les députés républicains sont déterminés à poursuivre ce combat contre l'avortement. Lors d'une récente session au parlement local, le représentant Rick Brattin s'est demandé si Planned Parenthood, la principale agence de planning familial des États-Unis, ne devrait pas construire un monument à la mémoire des fœtus avortés, rapporte le site Think Progress:

«Depuis 1973, nous avons perdu 56 millions de bébés à cause de l'industrie de l'avortement, donc je pense qu'il faudrait peut-être exiger que Planned Parenthood crée une sorte de monument, un peu comme le mur pour les soldats morts au Vietnam. La loi de l'État donne un statut de personne aux fœtus, donc ne devrait-il pas y avoir un monument pour ces vies humaines?»

Victimes d’homicides

Selon la loi du Missouri, les fœtus peuvent en effet être reconnus comme des victimes d'homicide. Par exemple, un automobiliste ivre qui avait tué sa compagne enceinte de sept semaines a été condamné pour deux homicides involontaires. Le juge avait déclaré que, selon la loi de l'État, «la vie humaine commence à la conception, et les enfants non nés, de la conception à la naissance, ont des droits qu'il faut protéger». 

Les propositions de ces élus locaux républicains font partie d'une campagne généralisée contre Planned Parenthood dans le pays. En septembre, les représentants républicains au Congrès ont passé une proposition de loi visant à cesser tout financement public de l'agence de planning familial. Il était clair que la loi ne passerait pas le Sénat, mais ce genre de proposition est destiné à satisfaire l'électorat conservateur.

Les Républicains ont aussi lancé plusieurs enquêtes du Congrès contre Planned Parenthood après la publication de vidéos accusant des directeurs de l'agence de vendre des tissus fœtaux. Cette pratique consistant à recevoir des dédommagements pour fournir des tissus utilisés pour la recherche médicale est légale, mais les ultraconservateurs en parlent comme s'il s'agissait de trafic d'organes. Pour appaiser les critiques, Planned Parenthood a décidé de changer sa politique, et n'acceptera plus d'argent venant des instituts de recherche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte